Macron surfe sur les sondages

Par vendredi 3 avril 2020 Permalink 1

Depuis le mois de février, toutes les semaines, des sondages s’extasient sur la cote de popularité ou la cote de confiance d’Emmanuel Macron. Elle progresse tout le temps. C’est formidable pour lui. Au train où ça va, à l’automne, grâce au coronavirus, il aura créé l’unanimité autour de sa personne. C’est ainsi dans les régimes autoritaires. Le leader forcément charismatique est aimé de son peuple. Et quand quelques mauvais coucheurs rechignent, ils sont mis à l’index manu militari.

Si les sondages disent vrai, les français sont encore plus des veaux que ce que pensait De Gaulle. Comment un régime qui a accumulé depuis le commencement de la crise sanitaire absolument tout ce qu’il ne fallait pas faire avec des prises de décisions souvent complètement débiles, peut-il comme ça forcer l’adhésion? C’est un mystère alors qu’on est l’un des pays les plus touchés par la maladie COVID-19. Est-ce que ce sont les images grotesques de déplacements de malades en TGV ou en avion qui séduisent? Parce que n’importe quelle personne de bon sens ferait venir le matériel vers les agonisants plutôt que l’inverse qui oblige à mobiliser un personnel médical très important. Mais c’est sûr de cette manière, les beaux reportages sur l’engagement indéfectible du pouvoir seraient moins télégéniques. Avec une machine dans un train, il n’y a pas de quoi se relever! Est-ce alors ce cinéma du pont aérien avec la Chine pour faire entrer des masques qui suscite l’admiration? Tout n’est que mensonge et incompétence sur ce sujet depuis le début et il faut être complètement miro pour ne rien voir. La présence de Macron une demi journée dans un EPHAD a-t-elle ébloui la population? Les pauvres vieux tombent comme des mouches au point qu’il a fallu des semaines pour avoir des chiffres fallacieux qui apparaissent aux professionnels du secteur complètement sous-estimés.

Alors c’est le confinement. Les français sont contents d’être enfermés chez eux. Infantilisés et irresponsables. Macron les mène à la baguette et ça leur plait. Pour peu que demain l’état décide de leur donner à manger à rien foutre, ils sont prêts à passer le restant de leurs jours entre leurs quat’ murs. Il est alors même plus question de les critiquer. Juste de constater que la vie moderne est dure. La vie est bien trop dure pour la plupart d’entre nous. L’épidémie devient une parenthèse, une pause, un soulagement. Et les français votent Macron pour peu que les choses traînent encore quelques mois ce qui avec un tel nullard à l’Elysée est tout à fait possible.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?