Macron cherche à berner les gilets jaunes

Par mardi 6 novembre 2018 Permalink 3

Emmanuel Macron a décidé de moins taxer le travail mais d’alourdir la facture pour s’y rendre! Voilà bien un homme de changement à la manière foutage de gueule! Devant le mécontentement des gilets jaunes, il promet un geste non sans faire référence à Roland Barthes pour montrer sa supériorité et sa condescendance à l’égard des petites gens. Et d’inventer encore une chambre à gaz (si je puis dire concernant les énergies fossiles) pour aider certains français et pas d’autres. Ce n’est pas le degré zéro de l’écriture mais le degré zéro de la politique!

Le geste simple eut été d’arrêter la hausse, de diminuer les taxes. Pourquoi privilégier des gens partant au travail, plutôt que d’autres allant par exemple régulièrement à l’hôpital pour leur proche, à la maison de retraite pour leur parent, au cimetière se recueillir sur les leurs, à la ville voir un musée ou leurs élus locaux ou simplement à l’hypermarché hors du bourg parce qu’il faut bien se nourrir? Ceux-là, ils n’ont qu’à rester chez eux, manger moins ou à casquer le prix fort. C’est le progressisme version Emmanuel Macron. On fait semblant de diminuer les impôts et en douce dans des tas de domaines c’est un grand coup derrière la cravate auquel il faut s’attendre.

La petite mesure d’aide pour les travailleurs pauvres à venir, pour faire diversion, pondue par des énarques se croyant malins, ne fera pas reculer la révolte des gilets jaunes. Elle va même exacerber les rancœurs. Et les manœuvres politiciennes cherchant à mettre en exergue un ennemi extérieur très fictif comme la Russie (en effet au dernier interview de notre chef d’état, il en avait après Poutine… La prochaine fois ce sera Salvini, n’en doutons pas!) ne réussiront pas à faire oublier les fins de mois difficiles et une qualité de vie en baisse. La politique d’Emmanuel Macron est une plaie pour la France et les français.

Frédéric Le Quer