Macron à Strasbourg

Par jeudi 20 janvier 2022 Permalink

La journée d’hier fera date. L’entrée en campagne présidentielle complètement foiré (il n’y a pas d’autres mots!) d’Emmanuel Macron à Strasbourg montre malgré les sondages toujours dithyrambiques, enthousiastes, faisant croire que l’élection est inutile tant le président est dans un fauteuil, malgré ces sondages dont un complotiste pourra parfois se demander d’où ils sortent, mais ici leur absolu véracité n’est évidemment pas remise en cause surtout quand ils viennent de LCI qui voit l’opinion évoluée tous les jours mais toujours pour leur candidat, malgré ces sondages qui viennent de l’IFOP dont un des hauts responsables n’est autre que le fils de Brigitte Macron mais dont la déontologie personnelle ignore bien évidemment le conflit d’intérêt, malgré ces sondages dont en fait il pourrait être dit pis que pendre tant ils servent à manipuler l’opinion, cette entrée en campagne montre donc que rien n’est gagné et que 5 années de plus de Macron ne sont pas inéluctables.

L’arrivée de Macron au parlement européen sous les huées l’a visiblement surpris. Il croyait même qu’on l’applaudissait et se tourna un instant pour saluer ses contempteurs qui scandaient “Macron coupable”. Lol! En effet à mon avis il est coupable de beaucoup de choses! Il n’en croyait pas ses oreilles. Ce n’était que le début du calvaire. Il ne reste strictement rien de son discours insignifiant où ses prises de positions dépendent de ses intérêts politiques du moment  mais en revanche on se souviendra longtemps des critiques de Mélenchon, Jadot, Bardella, Aubry et Zemmour à quelques centaines de kilomètres de là, qui le firent exploser en vol en transformant l’hémicycle européen en agora franco-française.

Rapide tour d’horizon.

  • Mélenchon devant le parlement: un discours usé d’un homme usé.
  • Jadot: Vous resterez dans l’histoire le président de l’inaction climatique. Vous préférez signer des armistices avec les lobbys plutôt que de mener la guerre au dérèglement. Vous préférez procastiner telle Meryl Streep dans le film Don’t Look up ( https://politiqart.com/dont-look-up/ )
  • Bardella:  Demain l’Europe sera-t-elle encore l’Europe si, comme à Cologne, les journées sont rythmées par les appels du muezzin ? Ou si comme dans tant de quartiers de France une autre civilisation s’impose ? Alors que la France a besoin de rayonner de nouveau, vous avez éteint la lumière. Pour le bien de la France et de l’Europe il serait bien que votre mandat reste unique.
  • Aubry (Manon, rien à voir avec Martine dont l’intervention est la plus remarquable): Vous vous présenter comme le champion de l’Europe qui protège. Mais qui protégez vous en réalité ? Protégez vous les droits sociaux quand vous faites les poches des chomeurs et retardez les directives sur les travailleurs ubérisés ? Protégez vous la souveraineté quand vous signez à tour de bras des accords de libre échange ? Protégez vous l’état de droit et la démocratie quand vous pactisez avec le Hongrois Orban et quand vous mutilez les gilets jaunes ?  Vous êtes le président du mépris mais au moins vous l’assumez et comme vous l’avez résumé, le peuple vous l’emmerdez .
  • Zemmour:  Le discours des chimères habituelles françaises, de l’Europe puissance, de l’Europe sociale. (…) Emmanuel Macron a fait un discours sur l’universalisme européen. Il n’a pas eu un mot pour défendre le droit des Français. La démocratie, c’est le droit des peuples et des nations.

Quand les journalistes voudront-ils bien relayer à leur juste mesure les oppositions à Emmanuel Macron? Quand décideront-ils de laisser percevoir enfin la détestation dont il est l’objet dans le pays? Quand insuffleront-ils un vent de démocratie dans une France recouverte actuellement d’une chape de plomb médiatique?

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?