Macron à Marseille

Par jeudi 2 septembre 2021 Permalink 1

Les images de Macron à Marseille valent leur pesant de… cacahuètes, ça suffira!

Le goûter chez l’habitant avec toutes ces bouteilles en plastic d’eau et de sodas divers et variés venus tout droit du supermarché du coin était un summum dans le genre misérabilisme. Même le gâteau ou je ne sais quoi sentait le gras à travers l’écran. Ces gens n’ont apparemment pas de carafe, ni de verre. C’est rustique. Pour le gâteau aucune part présentée un peu élégamment sur une assiette. On est chez les sauvages. On se sert avec les doigts, on boit au goulot. Bien qu’il n’y ait eu que des femmes arabes à la sauterie, c’était pas très arabe tout ça. Ils ont le sens de l’hospitalité d’habitude; ils savent recevoir avec charme. Là on était chez les cloches. ça voulait faire vrai, ça faisait sale. Un président de la république devrait être respecté non par pour lui-même mais pour sa fonction. Mais Macron décidément galvaude tout ce qu’il touche. C’est la république déclassée.

En revanche ce qui était très… musulman, on va dire, dans les images d’hier, c’était la constance avec laquelle chaque personne demandait des subventions. Donnez, donnez moi, dieu vous le rendra! Personne n’a expliqué jamais la manière dont il avait élevé ses enfants, la réussite de leur éducation et de leur instruction et grâce à cela ce qu’ils sont prêts à faire pour leur pays puisqu’ils se veulent marseillais et par voie de conséquence français. Cette notion de la citoyenneté de Kennedy leur passe bien au-dessus de la tête. Ce qui compte c’est le pognon que l’état leur filera avec l’argent de ceux qui paient des impôts. On a besoin de ceci, on a besoin de cela, il faut venir rénover mon appartement, il me faut un pavillon, des aides supplémentaires pour nourrir mes 5 enfants, etc, etc… Cette litanie de prières à l’état en était presque comique vue la vénération qu’ils portent à leur dieu. Ils pourraient peut-être essayer de passer par lui plutôt que par les finances publiques…

Mais ils ont raison, Macron va casquer, il a déjà le carnet de chèques entre les dents comptant bien qu’en retour aucune voix ne lui manque pour la présidentielle. Démagogie, populisme… Lamentable tournée à Marseille.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?