Lutte contre le coronavirus: atteinte aux libertés

Par dimanche 15 mars 2020 Permalink 4

Avant de s’assurer qu’un vaccin efficace contre le coronavirus soit sûr et fonctionne réellement il faudra des mois, un an peut-être, voire plus. La situation actuelle ne prendra pas fin grâce à cette découverte. Pour la prochaine épidémie de coronavirus au mieux. Elle est attendue dès l’hiver prochain. Alors en attendant les libertés individuelles sont mises à mal pour combattre la maladie.

C’est en Grèce que l’on trouve la personne la plus jeune encore jamais recensée à mourir du covid-19. C’était ce dimanche en tout début de matinée. Un homme. Il avait 53 ans. Les autorités grecques ont décidé de fermer les plages pour éviter les rassemblements massifs!

Chaque pays met en place des mesures en fonction du stade de l’épidémie. Même si le pays est le plus avancé en matière de restriction des libertés, la situation est de plus en plus critique en Italie avec des services de réanimation surchargés bien que tout soit fait politiquement pour interrompre la contagion généralisée. Mais quand c’est trop tard, c’est trop tard…

La grande Bretagne a décidé de restreindre les voyages dans le monde de ses ressortissants. A l’inverse des recommandations de l’OMS, le Royaume Uni comme la France se refusent à tester systématiquement leurs habitants se contentant de s’occuper de leurs “élites” et du personnel de certains services d’état jugés indispensables comme la santé évidemment ou la police par exemple. C’est évidemment une attitude dommageable puisque la Corée du Sud a démontré que savoir systématiquement qui est malade, couplé à la fermeture des frontières, avait permis d’endiguer la maladie. Mais comme en France et au RU il n’y a pas assez d’appareil pour aider les malades à respirer artificiellement, on casse le thermomètre.

Les allemands suivent les consignent de l’OMS mais ne surveillant pas assez leurs frontières, les cas de contamination ne cessent de croître bien que des villes comme Berlin ou Cologne aient décidées de supprimer tous leurs grands événements. Mais pour le moment en Allemagne l’épidémie est bien moins grave que chez nous…

L’Espagne a décidé de fermer ses magasins sauf pour les articles de base. Un décret approuvé samedi par le gouvernement réglemente aussi la limitation de la circulation des citoyens dans toute l’Espagne: Personne ne peut se déplacer sauf pour aller travailler. Par ailleurs, “le ministre de l’Intérieur peut convenir de fermer la circulation de routes ou de tronçons de routes pour des raisons de santé publique…” Ces mesures sont donc encore plus restrictives que chez nous.

En Belgique le gouvernement déconseille plus qu’il n’exige. Ses décisions sont à l’image de l’Union Européenne particulièrement floues. La contagion ne cesse de s’étendre.

Le coronavirus entraîne partout un véritable tour de vis au niveau des libertés individuelles sous prétexte que, pour la France, par exemple, 50 à 70% de la population va être touchée et pour ses voisins se sera probablement du même ordre. La question que l’on peut logiquement se poser est de savoir si nos sociétés seront capables de rétablir ces libertés une fois le danger passé. Le voudront-elles seulement? Si les économies occidentales se dégradent trop, il est probable que nous soyons partis vers d’autres idéologies que celle de la démocratie libérale.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?