L’utopie contestée de Notre-Dame-des-Landes

Par Mercredi 18 avril 2018 Permalink 2

Le site naturel du bocage de Notre-Dame-des-Landes a résisté à un aéroport pendant plusieurs décennies. Sa faune et sa flore résisteront-elles à l’assaut des forces de l’ordre à coup de blindés et de grenades lacrymogènes? La question va finir par se poser compte tenu de l’enlisement de la situation et la résolution des Camille à ne pas souscrire aux propositions de l’état!

En fait, le préfet, représentant des membres du gouvernement, tente d’individualiser le conflit. On est ici complètement dans l’idéologie du macronisme, le chacun pour soi, la libre entreprise individuelle, la lutte pour la vie qui en résulte fatalement. Il s’agit avant tout de prendre chacun des occupants de Notre-Dame-des-Landes et de leur faire signer un papier qui engage leur propre personne physique transformable probablement en personne morale pour ceux qui prospéreront… Diviser les Camille le plus possible pour qu’il n’en reste rien en les fondant dans le moule du marché libre et non faussé! On voit bien l’acharnement à détruire toutes les espèces de phalanstères éparpillées sur le bocage. Tout ce qui est maison commune pouvant accoucher dans la discussion d’un socialisme libertaire, d’un mutualisme défiant l’état, d’une révolution au sens intellectuel ou économique du terme est banni. Ce ne sont pas les quelques hectares que l’état abandonnerait qui posent problème, il accepte la vente de nos terres agricoles aux chinois sur une tout autre ampleur, c’est ce que des indomptables antilibéraux veulent faire dessus. Vivre ensemble en emmerdant la FNSEA, ses cultures intensives, ses aides à l’agriculture et tout le carcan administratif qui va avec, est une proposition à laquelle notre gouvernement ne peut souscrire. Elle est bien trop radicalement en opposition avec son idéologie. Pire, les gens pourraient être heureux dans cette future anarchie définie par Proudhon comme “l’ordre sans le pouvoir”.

La réussite des zadistes serait porteuse d’une autre voie. Leur combat les dépasse car ils remettent en cause par leurs choix l’irréversibilité du monde qu’on nous impose. Ils croient aux utopies comme en l’Eldorado de Voltaire ou en l’abbaye de Thélème de Rabelais. Et ces pays lointains et imaginaires sont ici à notre porte, bien réels, dans le bocage de Notre Dame Des Landes.

Frédéric Le Quer