Luigi Di Maio menace l’UE

Par samedi 25 août 2018 Permalink 2

I want my money back! C’est une version remixée du grand air de Margaret Thatcher que joue Luigi di Maio en direction de l’Union Européenne. Il menace, en accord avec ses alliés de La Ligue, de ne plus régler la contribution de l’Italie au fonctionnement de l’organisation supranationale si un accord sur les migrants arrivant dans les ports italiens n’est pas trouvé. Pour le moment Bruxelles fait le gros dos espérant voir passer l’orage. Peut-être certains songent-ils à une simple rodomontade de la part du leader de La Ligue? Néanmoins, il est plus que probable que son opinion publique chauffée à blanc sur la question migratoire soit derrière lui. Mieux même, une large partie des citoyens européens voit en l’attitude du gouvernement italien un porte-parole de cette majorité de moins en moins silencieuse qui ne supporte plus l’invasion actuelle.

Alors quand un fonctionnaire de la commission européenne déclare qu’ «en Europe, les menaces ne servent à rien et ne mènent nulle part», on assiste là encore à ce vice de plus en plus inacceptable de l’UE qui est de construire une idéologie européenne sans les peuples, sans leur accord, sans leur adhésion. Après le verrou anglais du Brexit, un verrou italien sonnerait le glas de l’Europe des 27. Progressivement l’aura italien augmente dans l’inconscient collectif d’autant plus que l’attitude de ses dirigeants de refuser l’outrancière immigration actuelle est partagée par les citoyens européens. Tous les jours, quelque part en France, en Allemagne, en Espagne, en Suède, en Angleterre, ou ailleurs, un individu sort un couteau au cri d’ Allahou Akbar et tente d’égorger un passant. Chaque jour qui passe, voit les femmes perdre un peu de leur droit à la liberté de circulation tant les enclaves sexistes musulmanes s’agrandissent. Petit à petit la culture islamiste se substitue aux modes de vie occidentaux avec l’accord tacite des traîtres qui dirigent l’Europe.

La coalition italienne apparaît solide car les deux partis au pouvoir sont sur la même longueur d’onde. Ne doutons pas que leurs idées vont marquer d’un sceau révolutionnaire les prochaines élections européennes!

Frédéric Le Quer