Lubrizol à Rouen

Par mercredi 2 octobre 2019 Permalink 6

L’incendie de Lubrizol à Rouen a donc une dimension sociologique et politique. La population concernée ne croit pas un traître mot des informations apaisantes du gouvernement. Comment le pourrait-elle depuis toutes ces années où les dirigeants et les médias mentent à la France entière à tout propos? Bonne fille ou ayant le sentiment profond et inéluctable de son oppression, elle laisse faire, écoute d’une oreille distraite les sornettes qui lui sont habituellement débitées. Citons comme exemples l’antienne du pouvoir d’achat qui grimpe psalmodiée par les journalistes en mal de fayotage, les statistiques de l’immigration en évidente contradiction avec le changement radical de ce que chacun peut voir en sortant dans la rue, les chiffres concernant la mobilisation des gilets jaunes amenuisés éhontément par la propagande, les violences policières niées effrontément malgré l’ensemble de blessés que génère toute manifestation… Enfin, bref, mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose… Mais ce qu’il reste aujourd’hui c’est l’absolu manque de confiance dans les informations officielles.

C’est au sacré, à la vie, à la maladie, à la mort qu’il est touché avec ce fait divers de l’usine Lubrizol. Le gouvernement et ses sbires médiatiques s’acharnent à nier l’évidence bien que les conséquences d’émanations toxiques sont souvent tragiques. Voyez dans la région de Saint-Nazaire où le nombre de cancers et le taux de décès prématurés sont en excès parce que les émissions polluantes des industries de la ville portuaire pourraient être impliquées. La situation locale témoigne d’une surmortalité atteignant 28 % pour la population âgée de moins de 65 ans. Alors si même quand les rejets industriels sont “normaux”, les dégâts sont élevés, les rouennais ont à l’évidence raison d’être inquiets lors d’un accident industriel. Ce n’est pas dans 3 ou 6 mois qu’on en verra l’impact mais dans 10 ans avec peut-être un nombre de cancers supérieur à la moyenne et ce ne sont pas les ministres qui passent une heure ou deux dans les parages qui seront concernés.

L’Union Européenne fait obstruction, au sein de l’ONU, à l’adoption d’un traité international ambitieux sur les multinationales et leur responsabilité en matière de droits humains et d’environnement. L’hypocrisie de nos dirigeants politiques qui crient “écologie” à tout bout de champ et font “en même temps” obstruction aux règles contraignantes en matière environnementale vis à vis du secteur privé montre à quel point les rouennais ont raison de douter de l’information officielle diffusée par des médias privés. Le processus démocratique est maintenant capté au bénéfice des grandes entreprises et des hommes politiques qui les servent.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?