Louis Valtat (1869-1952)

Par dimanche 5 avril 2020 Permalink 1

L’académie Julian, en même temps que Paul Sérusier, et l’atelier de Gustave Moreau forment Louis Valtat qui débute en 1889 au salon des indépendants. En 1900, un peu grâce à Renoir, l’artiste est dans l’écurie du marchand Ambroise Vollard qui durant 10 ans lui achètera toute son oeuvre qui comprend les tableaux présentés en 1905 lors de sa participation au salon d’automne dans la fameuse cage aux fauves selon l’expression du critique d’art Louis Vauxcelles. Cette période aux formes simplifiées, aux couleurs saturées, aux contrastes fougueux, cette période où Louis Valtat est tour à tour et à la fois, nabi, fauve, pointilliste est le grand moment de création du peintre, celui qui aujourd’hui encore enthousiaste les collectionneurs, tels, en une, de 1906, ces “Rochers à Anthéor”, où l’Estérel rejoint les eaux profondes de la Méditerranée, une huile sur toile, 65 x 81 cm, qui fit à Drouot chez Debureaux & associés, le 16 mai 2017, 78 120 €

Les honneurs officiels arrivent après la guerre avec, par exemple, la remise de la légion d’honneur, mais, en même temps, le style et la palette vont s’assagir. L’ardente lumière du midi laisse place aux gentilles vues du jardin de sa propriété d’île de France. Louis Valtat intéresse alors aujourd’hui beaucoup moins. Il reste néanmoins un nom qui se négocie pour cette période actuellement autour de 10 000 € et encore dans les salles des ventes. Quelques exemples ci-dessous:

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?