Louis Hestaux (1858-1919)

Par dimanche 4 octobre 2020 Permalink 1

Louis Hestaux fait partie de ces artistes de l’école de Nancy voulant rompre avec l’éclectisme en vogue pendant le XIXe siècle qui se tournent vers la nature pour découvrir une nouvelle source d’inspiration. Les gravures japonaises paysagistes sont passées par là et les motifs végétaux vont faire la gloire de l’art nouveau.

Suivant des études scientifiques à l’Ecole forestière, Louis Hestaux s’installe à Nancy en 1871 suite à l’annexion de la Lorraine par l’Allemagne. Il prend des cours de dessin avec pour maître Théodore Devilly puis est engagé chez Gallé en 1876. Il ne quittera plus la grande maison jusqu’à la fin de sa vie devenant même directeur artistique de l’établissement en 1904 après la mort d’Emile Gallé. Cela ne l’empêche néanmoins pas d’exposer à son compte de nombreux meubles et objets décoratifs menuisés d’inspiration symboliste, ainsi que des dessins, aquarelles et peintures.

En une, l’étrange vase en bois sculpté par Louis Hestaux dans lequel vient s’insérer un vase en verre, nommé “La forêt”, haut de 47,5 cm, visible à Tokyo en 2001 lors de l’exposition ” L’école de Nancy, conversation avec la nature”  s’échangea chez Anticthermale ovv à Nancy, le 11 février 2017, contre la somme de 17 360 €. Produit directement chez Gallé par Hestaux vers 1900, 1910, le buffet bas, ci-dessous, avec la silhouette d’un loup sur les panneaux latéraux, était adjugé chez Ader à Drouot autour de 30 000 €.Terminons par un tableau, “Les pins sur la colline”, août 1906, huile sur panneau, signée en bas à droite, datée et dédicacée «A Lucile Gallé bien amicalement», 31 x 45 cm, qui fit environ 1600 € chez Ader.Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?