L’information sans informer

Par Samedi 3 mars 2018 Permalink 1

L’article de Jean-Luc Mélenchon sur la pluralité de l’information a fait du bruit dans le Landerneau journalistique. On n’y apprenait rien mais il disait noir sur blanc que la presse largement subventionnée par nos impôts était détenue par des milliardaires, i. e. ceux pour qui roule Emmanuel Macron, ou relevait du service public et de cette manière cadenassée par le gouvernement. Rien qu’on ait dit cent fois ici! Mais à la lumière de cette attaque, la semaine écoulée est emblématique.

Il y a d’abord eu ce cheminot tombé du ciel au salon de l’agriculture. Il réclamait au président le maintien de ses avantages devant des paysans pour qui ce dont il bénéficiait était de la science fiction. Depuis le début et étant donné que l’histoire a été diffusée à l’envi, je pense qu’il devait s’agir d’un intermittent du spectacle payé pour faire le troll et donner l’occasion à notre président de parader en intervenant doctement sur ce qui devait être fait. Personne n’a d’ailleurs cherché à en apprendre plus sur l’individu bien placé au bon moment!

Ensuite il y a le fameux territoire de la Ghouta orientale. Cessez-le-feu et reprise des combats s’enchaînent à un rythme soutenu! L’information venue des médias tentent d’apitoyer l’occidental au soi-disant drame humanitaire qui prendrait corps sur ce territoire exclusivement à les en croire à cause des chiites et des russes sans jamais poser la seule question qui vaille vraiment. Pourquoi les américains refusent-ils de laisser la Syrie aux russes alors qu’ils détiennent l’Irak, territoire deux fois et demi supérieur à celui de la Syrie? Pourquoi créer ce point de fixation? Notre brave presse n’en sait sans doute rien mais comme en haut lieu on lui a dit de s’insurger, elle s’exécute sans esprit critique le petit doigt sur la couture du pantalon. Peut-être faudrait-il enfin constater que le Pentagone cherche par tous les moyens à faire la guerre…

Un troisième exemple d’information très relative avec les élections en Italie. Un black out incroyable est fait autour d’elles. Il s’agit d’un non sujet apparemment pour nos journaleux qui sont de plus en plus branchés météo, catastrophe naturelle et faits divers sordides sur lesquels rien ne nous est épargné. Pourtant si les fachos, la droite populiste et le mouvement 5* venaient à s’entendre on verrait un pays fondateur d’Europe de l’ouest se rapprocher catégoriquement des idées du groupe de Visegrad. Mais cet éventuel événement semble bien moins affriolant qu’une bonne petite avalanche pour nos médias qui ont certainement reçu l’ordre de ne pas s’y intéresser pour ne pas donner d’idée au bon peuple!

Voilà la traduction dans les faits d’un comportement journalistique dont le but essentiel est de désinformer en faisant croire que le superflu est devenu l’essentiel en hiérarchisant l’information à l’inverse de ce qu’elle devrait être.

Frédéric Le Quer