Lin Fengmian (1900-1991)

Par samedi 19 janvier 2019 Permalink 2

Certains artistes encore méconnus du grand public s’arrachent néanmoins dans les salles des ventes. Le peintre chinois Lin Fengmian est aujourd’hui de ceux-là, aidés, comme tous les différents versants de l’art de son pays, par la volonté de rapatrier les œuvres importantes que l’empire du milieu a vu partir vers l’occident le siècle dernier.

La jeunesse de Lin Fengmian se déroule juste après la chute de l’empire. Sa famille de peintres décèle en lui les dons qui en feront un artiste majeur du XXe siècle. A 19 ans il étudie à Shanghai les arts séculaires orientaux. A 20 ans à Paris, il travaille la peinture à l’huile et découvre Matisse, Picasso, Modigliani, Derain. Lin Fengmian déclinera ensuite son travail en conciliant l’encre, le médium de son cher pays et l’huile, celui des occidentaux. Il renoncera aussi aux longs rouleaux pour des formats assez carrés. Le peintre rentre en Chine dans les années 20 au lieu de rester en France ce qui probablement a longtemps nui à sa réputation à l’international. Les postes officiels qu’il y occupe, lui permettent d’avoir comme élèves Chu Teh Chun ou Zao Wou Ki dont la carrière en occident les a rendus plus célèbres que leur professeur. Et puis, Lin Fegmian a vu beaucoup de ses œuvres détruites, d’abord par l’occupant japonais puis par la révolution culturelle au cours de laquelle il s’expatrie à Hong Kong. Il recréera alors certaines d’entres elles de mémoire.

Quelques exemples de tableaux récemment vendus en France. En une, musicienne jouant du guoin, encre et couleurs sur papier, 76,2 x 73,5 cm fut achetée par un client chinois chez Azur Cannes Enchères svv presque 400 000 € le 4 juin 2015. 150 568 € étaient nécessaires le 5 avril 2017 chez Leclere ovv à Drouot pour s’offrir la nature morte ci-dessous à l’encre polychrome sur papier, 45,4 x 51 cm.

La marre aux lotus, la technique mixte ci-dessous, 65,5 x 65,5 cm, réclamait chez Morand et Morand à Drouot le 15 juin 2015, 502 200 €.

Enfin terminons par une vente du 19 décembre 2013 chez Leclere à Drouot où l’encre et couleurs ci-dessous, 64 x 63 cm, exigea 415 000 € au marteau

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?