L’idéologie de la repentance

Par samedi 15 septembre 2018 Permalink 1

Trois événements intervenus ces dernières heures participent de la même idéologie. Encore et toujours la repentance vis à vis de l’Algérie et des algériens. Un plan pauvreté qui cible essentiellement la population immigrée. Un verdict dans l’affaire Clément Méric qui relève plus de la soumission à la bien pensance que de la justice.

Huit mois avant les élections européennes, la propagande ne désarme pas. Les français doivent battre leur coulpe, se pousser, laisser la place. Leur passé est méprisable. La colonisation de l’Algérie a été un crime contre l’humanité, dixit le répugnant Macron, qu’il faut expier jusqu’à la nuit des temps. L’action sociale du gouvernement, si petite soit-elle, doit être tournée toute entière vers les nouveaux entrants. Et gare à ceux qui ne sont pas d’accord avec l’envahissement subi par notre territoire, ils le paieront très très cher, ils serviront d’exemple et, si les châtiments corporels existaient encore, ils seraient torturés avec délectation sur la place publique comme l’aurait sans doute voulu en d’autres temps le procureur et les juges d’Esteban Morillo.

C’est exactement ce que l’actualité nous annonce sans la moindre nuance, avec manichéisme, avec toute la haine pour l’homme blanc dont elle est capable. Qu’importe si l’état algérien est en pleine déliquescence depuis plus d’un demi siècle et que sa population souffrante se réfugie aveuglément dans la religion. Qu’importe que des français subissent la mondialisation dans les affres du déclassement, ils ne sont pas la priorité dans leur propre pays. Qu’importe la légitime défense et la non intention de donner la mort, lorsqu’on fait partie pour les autorités, pour les juges, du camp du mal, on a forcément toujours tort.

Les tenants de l’invasion du monde occidental par l’Afrique et le moyen-orient accélère le mouvement. Il faut faire vite. L’Europe peut avoir changer en mai prochain. Les débats bidons entre gens favorables à la globalisation ont commencé. Elle est inéluctable, nous assène-t-on au mépris de la vérité des faits, comme si la plupart des pays du monde étaient dans cette optique. C’est complètement faux. Il n’y a que l’Europe, que quelques pays en Europe même qui rejettent vigoureusement ce qu’ils ont été.

La maltraitance du peuple français prend actuellement une autre envergure. Les ploutocrates ont décidé de le mettre à genou. Tout cela est écœurant.

Frédéric Le Quer