L’idée européenne face au coronavirus

Par lundi 23 mars 2020 Permalink 1

Au fur et à mesure du délitement de l’idée européenne constatée pendant cette crise du coronavirus, la conception britannique de l’Union avec son refus de toute intégration politique apparaît comme avoir été plus réaliste que ce que le continent dit vouloir depuis 1993.

Le chacun pour soi actuel est pire que tout ce qui était envisageable, imaginable, jusqu’à voir une cargaison de masques et de plusieurs appareils respiratoires venue de Chine à destination de l’Italie confisquée par un pays tiers. La République Tchèque a peur et vole ce qui était destiné à sa malheureuse voisine. Si les tchèques étaient les seuls à réagir de la sorte, il pourrait être dit que les anciens pays de l’est n’ont pas bien compris le concept européen, que ce qu’ils n’auraient jamais osé faire du temps de la domination russe arrive comme une pulsion de souveraineté qu’ils refréneront plus tard. Mais les tchèques ne sont pas les seuls à penser à eux avant de penser aux autres. Depuis 8 jours, l’Espagne, la Pologne, le Danemark, l’Autriche, la Slovénie et la fameuse Tchéquie se calfeutrent aux frontières par peur de leurs voisins. De la Hollande aux pays scandinaves la politique pour faire face au COVID-19 est totalement différente d’ailleurs en Europe, plus intelligente à mon avis mais c’est une autre histoire… Et du coté couple franco-allemand comme on dit chez nous et rien que chez nous, ce n’est pas mieux. L’Allemagne a mis fin aux entrées de français quelques temps après que Mulhouse se soit distingué en devenant un terrible foyer de la pandémie alors que la mortelle réunion évangéliste qui s’y était déroulée, avait accueilli autant d’allemands et de suisses que de français! Mais peu importe! D’ailleurs Merkel avait déjà au préalable montrée les limites de sa solidarité en s’assurant qu’aucun masque et respirateur produit dans son pays, ne serait exporté où que ce soit. Elle a beau jeu maintenant de recevoir dans un hôpital 5 ou 6 français qui ont besoin de respirer artificiellement pour survivre!

Emmanuel Macron avec ses histoires de frontières de Schengen est encore une fois complètement à coté de la plaque. Elles ont été fermées pour lui faire plaisir; on l’aime bien au village… Mais il y a belle lurette que plus personne ne l’écoute sérieusement. Et on s’en rendra encore mieux compte quand il s’agira après l’épidémie de parler gros sous!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?