Liberté, liberté chérie!

Par jeudi 10 janvier 2019 Permalink 1

нет человек нет проблем, pas d’hommes pas de problèmes, comme disaient les russes au temps des pogroms. Emmanuel Macron semble reprendre à son compte cet aphorisme slave. Alors que samedi dernier, il faisait bloquer les cars de gilets jaunes aux péages des autoroutes pour les empêcher d’arriver sur Paris, hier, il suspendait le trafic du métro allant à Créteil pour rendre plus compliqué l’accès à cette ville par ses détracteurs pendant qu’il y était. Depuis son itinérance mémoriel (ce cirque mémorable restera dans les annales…), le territoire français lui serait complètement interdit sans les cordons de CRS qui, grassement payés (il faut quand même le dire), le protège de tous ces “gens qui ne sont rien” à ses yeux mais qui, malgré les bâtons dans les roues qui leur sont mis, arrivent à crier leur mécontentement.

Les effets de la propagande médiatique semblent donc assez limités. Pourtant on se donne du mal dans les rédactions! Toutes les chaines de télévision militent exclusivement pour le retour à la niche de la population. Une seule petite exception avec quelques émissions de David Pujadas qui ont le souci d’une certaine liberté d’expression. Le journaliste en fin de carrière se fait plaisir en lâchant les chevaux! Quant à la radio, France Culture que je trouvais encore écoutable il y a quelques semaines, a rejoint la ligne de sa petite sœur France Info dans une soumission totale au pouvoir en place digne de la Pravda. Oui, je sais, encore les russes! Mais avouons que dans le domaine liberticide, ils ont toujours fait beaucoup! En tout cas, quai Kennedy, les menaces par le gouvernement de restructuration du service public ont eu pour effet de faire des employés (à ce niveau, difficile de parler de journalistes) de fidèles chiens de garde des institutions en espérant qu’ainsi, par retour d’ascenseur, le plan de licenciement soit léger… Je ne les juge pas mais il faut le savoir!

Enfin terminons par le pouvoir judiciaire qui ne s’est pas grandi hier soir quand la juge a décidé de laisser en prison en attente de procès Christophe Dettinger! Le boxeur gilet jaune au casier judiciaire vierge n’a visiblement pas le droit aux mêmes égards que l’officier de gendarmerie de Toulon tout aussi violent que lui. Et ne parlons pas bien sûr de Benalla qui après avoir frappé impunément les manifestants du 1er mai s’est reconverti en homme d’affaire international sous les bons auspices de passeports diplomatiques délivrés par l’Elysée.

Les régimes dictatoriaux se reconnaissent par une concentration des pouvoirs dont ils abusent. Aujourd’hui en France les mêmes intérêts détiennent l’exécutif, le législatif, le judiciaire et l’information.

Frédéric Le Quer