L’hystérie anti Trump

Par jeudi 6 septembre 2018 Permalink 3

L’hystérie anti Trump bat son plein. Les médias à l’approche des élections de midterm se déchaînent et n’hésitent plus à faire état de la soi disant “déficience mentale” et du “déclin” du président américain. Cette animosité aveugle est absolument du jamais vue et fera date. Même un enterrement, celui de McCain, se transforme en meeting électoral rassemblant toute la bien pensance américaine pour honnir Donald Trump!

Devant tant de haine recuite et démesurée à l’égard de cet homme pourquoi ne pas avouer qu’on a envie de le soutenir… Voir ceux qui ont perdu dans les urnes, il y a moins de deux ans, être sur le point de tenter de se refaire devant la justice avec une procédure d’impeachment fait penser à ces pays de l’Union Européenne où le vote des citoyens est bafoué quand il ne correspond pas à ce que souhaite l’instance supranationale. Les sondages sont encore une fois bien utiles pour masquer la forfaiture des opposants. On divulguent des chiffres, (on sait ce que ça vaut!) tendant à prouver que l’opinion publique rejette massivement le président américain. Parallèlement le milieu éditorial et celui des médias sortent quotidiennement des révélations avec à l’esprit la phrase de Francis Bacon, “Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose”. Alors chaque jour qui passe voit un rat quitté le navire Trump pour dénigrer un homme dont il aurait dit un bien fou deux semaines avant! Et bien sûr c’est maintenant que les citoyens américains doivent le croire… Et pour faire bonne mesure, toutes les casseroles d’Obama et du désastreux Bush sont tus avec le plus grand soin.

Le hic de cette propagande nauséabonde est que les faits sont têtus. Trump fait ce pourquoi il a été élu par son peuple. L’économie américaine est en plein boum. Avec acharnement il fait revenir les usines dans son pays et donne ainsi du travail aux américains. Sa mission sur le plan intérieur est remplie et il tente de canaliser les flux migratoires. Son intervention en Corée du nord est réussie puisque dorénavant le dialogue est rétabli entre les deux Corée. Qui lui reprochera d’arrêter de financer des réfugiés palestiniens ayant quitté leur région depuis 70 ans? Il serait temps qu’eux-mêmes se prennent en main… Qui lui reprochera d’arrêter de financer des instances de l’ONU antisionistes dont les tendances antisémites sont bien fortes? Qui lui reprochera de soutenir Israël la seule démocratie du moyen orient et ce, au train où vont les choses, pendant encore longtemps? Quel américain n’est pas satisfait de voir son pays relever la tête face à l’hégémonisme chinois? Enfin, qui se taraude vraiment l’esprit à propos de l’interventionnisme russe monté en épingle dans la politique américaine alors que les USA ne cessent depuis des décennies de s’ingérer vraiment dans les affaires intérieurs de tous les pays du monde?

Certes Donald Trump n’est pas le président de la mondialisation heureuse. Mais c’est pour MAGA (make america great again) que ses concitoyens l’ont élu et il ne rend des comptes qu’à eux. Si la propagande a raison de ce type c’est un peu de la démocratie qui sera encore rabiotée.

Frédéric Le Quer