L’histoire

Par jeudi 9 décembre 2021 Permalink 3

Macron, 18 avril 2021: “Nous devons déconstruire notre propre histoire”. Macron, 8 décembre 2021: “Gardons-nous de manipuler, d’agiter et de revoir l’histoire!”.

La fabrique démagogique est en marche avec cette manière de faire de la politique qui compte sur la mémoire courte du peuple pour s’imposer. En séducteur, Macron a pris sa petite voix toute douce à la radio en allant puiser dans son penchant pour le théâtre pour sortir ce qui l’arrangeait au moment où ça l’arrangeait sans le moindre souci de cohérence. S’il avait voulu justifier les violentes attaques de Zemmour à son encontre, il n’aurait pu trouver mieux que cet “en même temps” synonyme  de “néant”, de “gouffre” et de “grand vide”. 3 jours ont suffi pour que le président de la république témoigne une fois de plus de sa dangerosité. C’est bien sûr parce qu’on est en démocratie qu’il peut s’adonner à cette démagogie. Il a tout le loisir de dire n’importe quoi mais le problème est que rares sont les médias à vouloir le prendre en flagrant délit de bassesse intellectuelle. Cela pose question. Cela fait dire à certains que cette connivence entre les journalistes et le chef de l’état rend suspecte leur information, aussi suspecte qui si on était dans un régime totalitaire. Comme une descente aux enfers dialectique (démocratie, démagogie, connivence médiatique, pensée unique, totalitarisme), le macronisme dénie au réel la possibilité de trancher d’un propos puisqu’il rend possible des prises de position contradictoires sur un même sujet. Emmanuel Macron n’est qu’un beau parleur réduit à ses ambitions personnelles.

Il est incompréhensible que seul Éric Zemmour tape à cet endroit de la véracité de la pensée, cet endroit du macronisme qui rend le chef de l’état abject, cet endroit que tous devraient dénoncer car complètement démontré sur tous les sujets depuis près de 5 ans. Mais non, pire, c’est à Zemmour qu’on donne le mauvais rôle, celui d’être agressif et violent, alors qu’en intellectuel, il signale simplement l’odieuse attitude du locataire de l’Elysée. Mais ce n’est pas étonnant puisque les médias sont complices, sans eux Emmanuel Macron n’aurait pu continuer à dire tout et son contraire. Ils regardent ailleurs comme France Culture ce matin s’inquiétant de la présence de l’ultradroite dans le meeting de Villepinte. Ils regardent ailleurs, vers ce qui n’est absolument pas une menace et laissent la France sombrer en la rendant méconnaissable et en lui faisant perdre sa naturelle intelligence.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?