Lévy, Goldnadel, Zemmour au secours de la France

Par vendredi 4 septembre 2020 Permalink 1

Il peut arriver, de loin en loin, d’avoir envie de remercier des personnalités du petit écran pour leurs propos salvateurs, oui, salvateurs le mot n’est pas trop fort tant l’âme française, ou le peut qu’il en reste, est attaquée.

Elisabeth Lévy, William Goldnadel et Eric Zemmour sont venus au secours des fêtes catholiques chômées qu’un obscur président, appelé Laurent Hénard, d’un mouvement radical devenu fantomatique veut supprimer. L’individu a 5 jours fériés dans le collimateur pour soi-disant relancer l’économie. Cette proposition bénéficie d’une publicité qui en dit long sur les intentions du pouvoir. A l’évidence ce Hénard qui probablement avec un siècle de retard continue à bouffer du curé au petit déjeuner, est en service commandé pour lancer un scud dont le pouvoir veut voir l’impact.

Depuis le moyen-âge, la vie sociale en France et en Europe est rythmée entre autres par Noel, Pâques, la pentecôte, l’ascension, l’assomption, la Toussaint. Les révolutionnaires de 1789, malgré leurs tentatives, avaient échoué à faire bouger les choses. Chirac a ratiboisé la Pentecôte un peu sottement puisqu’elle est particulièrement prisée des noirs (depuis le racialisme on peut redire noir ou blanc, c’est plus facile!) préférant naturellement vénérer le saint esprit que le mâle blanc de 33 ans ou sa mère.

N’en déplaise à Hénard et au macronisme, ces fêtes religieuses représentent bien plus que le reliquat d’une foi catholique en déshérence. Elles sont la France éternelle, celle honnie par le pouvoir actuel, pressé de la voir disparaître à grand coup d’immigration musulmane appuyée par un vivre ensemble qui consiste à ensevelir des pans entiers de  civilisations gréco-romaine et judéo-chrétienne. Pour Macron, la cancel culture, le terme à la mode qui lui va bien, est une violence contre l’Histoire.

Trois juifs, Lévy, Goldnadel, Zemmour, et ce n’est pas surprenant, on connait par exemple l’héroïsme des artistes ashkénazes de l’école de Paris pendant la première guerre mondiale, trois juifs, donc viennent à la rescousse du pays prenant fait et cause, non pas pour une religion qui n’est pas la leur, mais pour une culture à laquelle ils ont apporté leur pierre. Alors merci à eux qui font preuve d’un courage qui finira peut-être par réveiller les bien léthargiques Dupont, Durant, Dubois, Dumont, Duval, etc, etc, etc…

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?