L’état de droit

Par vendredi 8 octobre 2021 Permalink 1

La Pologne tire parti de l’absence temporaire de gouvernement en Allemagne pour mettre en cause ce que l’Union Européenne appelle l’état de droit qui correspond en fait à un transfert de souveraineté nationale au profit de Bruxelles quel que soit le gouvernement démocratiquement élu. On peut s’amuser de voir que l’un des pays qui bénéficie le plus des subsides européens, reste le plus sourcilleux concernant son indépendance en affirmant la primauté de son droit sur celui de l’Union. Apparemment ce n’est donc pas ici celui qui paie qui décide!

Il est cependant à parier que si les négociations entre libéraux, verts et sociaux démocrates allemands aboutissent, la Pologne, un nain économique à coté de son voisin, devra en rabattre puisque cette coalition semble porter en son sein une forte aversion à l’encontre des populistes; la CDU-CSU eut sans doute été plus conciliante. Il s’agit donc d’un baroud d’honneur pour le gouvernement polonais sauf à vouloir quitter l’UE après s’être gavé de subventions. 80% des polonais sont réticents à ce sens de l’histoire suicide collectif et pour la Pologne et à terme pour l’Union Européenne après le Brexit.

Mais indiscutablement l’Union Européenne est allé trop loin. Le nombre, encore le nombre (!), de ses états membres est bien trop grand pour agir comme elle le fait, ignorante des nations.

L’exemple de la France est pertinent. Par l’intermédiaire de son Conseil Constitutionnel, institution juridico-politique antidémocratique, elle abandonne décision après décision sa souveraineté pour la remettre à des institutions supranationales toutes aussi antidémocratiques (membres élus par personne) que notre conseil constitutionnel.

L’état de droit est une manière de lisser partout le résultat des élections en rendant le vote des citoyens inutiles puisqu’il ligote les mains de leurs élus. Les souverainistes sont ceux qui veulent inverser cette tendance lourde contre l’avis d’élites mondialisés qui aspirent à la stabilité politique contre les peuples.

Si la Pologne qui réclame le beurre et l’argent du beurre n’est pas un bon exemple des méfaits de l’état de droit et c’est d’ailleurs pour ça qu’il est tant mis en exergue, notre cas, pays contributeur net à l’UE est en revanche un cas d’école concernant la démission de ses élites. Elles abandonnent volontiers leur pouvoir sans abandonner leurs privilèges et imposent au peuple le devoir de se taire sous prétexte que rien n’est jamais possible à cause de… l’état de droit. C’est tellement plus facile comme ça!!!

Si la campagne électorale qui commence permet de faire comprendre aux électeurs la situation, un candidat comme Eric Zemmour a sur ce sujet là aussi, sujet qu’il n’a pas encore commencé à traiter vraiment, un boulevard devant lui, à condition de ne jamais réclamer de frexit, suicide électoral.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?