Les vœux d’Emmanuel Macron pour 2021

Par samedi 2 janvier 2021 Permalink 1

Faut-il parler des vœux d’Emmanuel Macron pour 2021? Peut-on en dire plus de mal qu’il a déjà été dit? Sans doute est-il nécessaire de souligner sans relâche l’incurie de celui qui dirige la France actuellement.

Son allocution prouve à quel point il est en manque total d’inspiration et sur la forme il en est à copier Giscard au coin du feu! Alors que lors de sa campagne électoral il finissait extatique ses discours confus mais dans lesquels il mettait son âme, le président ne sait plus quoi raconter parce qu’il n’a non seulement aucune emprise sur ce qui arrive mais surtout qu’il refuse de reprendre la main.

Son couplet sur le brexit est un bon exemple. Au lieu de souhaiter une bonne année aux français, il continue à se lamenter sur la dislocation de ce en quoi il croit. La seule chose probablement en quoi il croit. Le transfert de souveraineté. Et voir le peuple britannique le rejeter le déconcerte, lui fait complètement perdre sa superbe jusqu’à paralyser sa réflexion à condition d’accepter qu’il en et une.

Macron n’est pas un chef. Seuls des béquilles supranationales lui permettent de tenir debout. Sans vision, guidé par l’air du temps, son leadership est inexistant.  Concernant le coronavirus, tout nous est imposé par l’OMS ou éventuellement Bruxelles. Au niveau économique et financier, nous dépendons entièrement de la banque centrale européenne à Francfort. Au niveau migratoire, nous nous en remettons entièrement à Frontex ou à la commissaire européenne allemande ultra-mondialiste Van Der Leyen. Macron n’imprime pas et la France dérive au gré des courants comme un bateau sans voile et sans moteur.

Je me souviens d’un jour où venant d’Audierne en Bretagne je passais la Pointe du Raz alors qu’il n’y avait pas un souffle de vent. Horreur, malheur, le petit moteur sur le voilier de 9 m tomba en panne. Je continuais au gré du courant ballotté comme si je naviguais sur de l’eau bouillante à cause du passage des bas fonds aux hauts fonds mais le timing ayant été le bon, j’arrivais par la grâce du phénomène des marées et de la loi de l’attraction universelle devant la baie des Trépassés et entrais donc dans celle tranquille de Douarnenez.

La France est comme mon bateau sans moteur par temps anticyclonique. Elle dérive. C’est ce qu’il y a autour qui l’entraînera, non sans remous, là où veut en fait aller Macron, c’est-à-dire dans un monde dans lequel elle n’a pas son mot à dire et où d’autres décident pour elle. Macron est un exécuteur des hautes œuvres, un nihiliste de la fierté d’être français. Aussi sa prise de parole ne peut avoir aucun souffle. Il en est à remercier, tel un conseiller municipal, quelques administrés pour des actions plus ou moins bénignes espérant faire ainsi montre d’empathie. Il témoigne de son incurie. Il ne veut rien faire et compte sur les éléments pour mener la France là où il la désire, dans un néant dramatique quand on a quelques notions d’histoire de France. Mais ici aussi, il est malin le bougre, juste malin, pas mieux, il s’astreint à saborder l’enseignement pour ne plus avoir qu’à mener une troupeau d’abrutis.

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?