Les Républicains et l’immigration

Par jeudi 19 avril 2018 Permalink 2

Un sénateur Les Républicains avait pointé, fin 2017, une baisse à venir du budget des reconduites à la frontière de 7% pour 2018. Le budget de l’AME (l’aide médicale d’état) accessible dans le cas de, je cite, “une résidence en France stable et ininterrompue depuis plus de 3 mois”, (oui, oui, 3 mois c’est suffisamment stable, pas 3 ans , 3 mois!) a cru, au contraire, dans le même temps d’environ 12%! Une porte parole du même parti en a fait état hier montrant ainsi que derrière les mots du président et du gouvernement, ces simples chiffres en disent long sur leurs intentions profondes.

Le sujet de l’immigration est actuellement porté par Les Républicains avec une pugnacité à laquelle ils ne nous avaient pas habitués en demandant un référendum à ce propos. Tant mieux. Devant la faiblesse des reconduites à la frontière entre 4% d’après Laurent Wauquiez et une vingtaine de pour-cents pour les plus conciliants, la France perd totalement la maîtrise de son territoire. Cette tragédie est bien intentionnelle puisque l’argent allant vers l’AME ne cesse de croître pour profiter à des migrants clandestins qu’on ne veut pas renvoyer chez eux. Encore une fois, le rapport entre les citoyens français de plus en plus mal soignés et des services hospitaliers dont la mission devient de guérir la terre entière de pathologies diverses et variées est évident. Il suffit d’avoir été une fois au service des urgences pour s’en rendre compte!

Au détriment des français, l’état aménage les conditions de l’invasion. Les mots et les chiffres mensongers du politiquement correct ne suffisent plus à apaiser la population de plus en plus dans l’angoisse comme en témoigne le printemps social en train d’être vécu, symbole d’un mal être national. Qu’un parti de gouvernement qui n’a jamais montré au pouvoir la moindre aptitude à faire baisser l’immigration, s’en inquiète enfin et fasse douze propositions chocs, est rassurant à condition que Laurent Wauquiez soit sincère pas comme Sarkozy. Mais maintenant Les Républicains vont devoir aussi se battre contre les médias…

Frédéric Le Quer