Les militaires morts en Afrique

Par mercredi 27 novembre 2019 Permalink 3

Concernant les armées étrangères présentes en Afrique, le continent n’a pas connu pareille concentration de forces militaires sur son sol depuis la fin de la seconde guerre mondiale puis, par la suite, de la guerre froide. La France est présente à Djibouti, en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Sénégal, au Tchad, au Burkina Faso, au Niger, en Mauritanie, au Centrafrique, dans le golfe de Guinée et bien sûr au Mali. Les Etats Unis sont au Burkina Faso, au Cameroun, à Djibouti, au Gabon, au Ghana, au Kenya, aux Seychelles, au Niger, en Ouganda, au Centrafrique, au Congo, au Sénégal, en Somalie, au Soudan du sud, en Algérie, en Egypte, en Érythrée, en Ethiopie et en Tunisie. La Chine est simplement à Djibouti. Le Royaume Uni est au Kenya et au Mali. L’Inde est à Madagascar et aux Seychelles. L’Allemagne est au Niger et au Mali. La Turquie est en Somalie. Le Japon est à Djibouti. L’Italie est en Libye et au Niger. La Belgique est au Mali. La Russie est au Centrafrique. L’Arabie Saoudite est à Djibouti. Les Emirats Arabes Unis sont en Érythrée, en Libye, en Somalie et au Tchad.

Ce fastidieux inventaire démontre que l’Afrique est un continent composé de pays incapables de se prendre en charge. Les africains ont des frontières dans lesquelles ils ne se sont jamais sentis à l’aise tant elles vont à l’encontre de leur histoire millénaire. Du coup, facilement, est né depuis quelques années le “Sahelistan”, une notion territoriale suffisamment vague pour bien convenir à l’Afrique, située au sud du Sahara. Si ça n’a plus rien à voir avec les frontières coloniales qui ont néanmoins gardées leur utilité pour les terroristes leur permettant de trouver un refuge d’impunité après un forfait, le Sahelistan a tout à voir avec le nomadisme et les nouvelles mentalités venues de l’islamisation à marche forcée de toute la région. Il s’implante inexorablement, se substituant à des états faillis dirigés par des corrompus. Par sa présence massive, l’occident tente d’arrêter un phénomène qui, du fait de la porosité des frontières européennes, aura des conséquences sécuritaires désastreuses pour chacun d’entre nous. Il s’agit de ne pas renier l’idéologie mondialiste en fermant pratiquement, physiquement un continent ce qui serait bien plus simple et efficace mais il s’agit de sécuriser suffisamment le sol européen pour que ses habitants ne s’en prennent pas trop à la globalisation, quitte à laisser mourir régulièrement des soldats sous les coups des islamistes du Sahelistan. On versera des larmes de crocodile pour faire passer la pilule à l’opinion publique.

Justement c’est ce que Macron va faire à la suite du télescopage de 2 hélicoptères français. Le général de Villiers avait prévenu et le président de la république est parfaitement au courant de la désastreuse situation de l’armée française. Le gradé, auditionné devant la commission de la Défense au Palais-Bourbon, a, en son temps, tapé du poing sur la table, expliquant à qui voulait l’entendre que l’armée avait « tout donné » et jugeant que la situation n’était « pas tenable ». « Je ne vais pas me faire baiser comme cela », avait-il ajouté et il a démissionné.

Résultat: avant hier 13 morts. Demain on ne sait combien. Les jolies phrases de Macron débitées dans la cour des Invalides ne rendront pas la vie à ces patriotes qui ne se sont pas engagés pour mourir mais servir leur pays.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?