Les GJ coûteraient cher à l’éco

Par jeudi 27 décembre 2018 Permalink 1

L’INSEE qui s’était complètement planté par optimisme à propos de la croissance française en 2018, met la cause de son erreur sur le compte des gilets jaunes. Remarquez avec l’INSEE, on ne sait jamais si ils se plantent ou si ils se soumettent au gouvernement en place! Les deux mon capitaine… Et puis, la nouvelle mode médiatique est de dénoncer les gilets jaunes, boucs émissaires tout trouvés, comme responsables de l’échec économique de la politique gouvernementale. France Culture, par exemple, qui dit parfois des choses intéressantes mais qui le reste du temps s’aplatit devant le pouvoir, expliquait, ce matin, que l’angoisse généralisée due aux violences des GJ avait mis un coup terrible à la croissance française. Si quelques milliers de gilets jaunes à en croire les chiffres gouvernementaux que les journalistes diffusent sans aucun esprit critique, peuvent ainsi mettre à mal un PIB de 2 mille 300 milliards d’euros, (trafic de drogue inclus!!!) on peut se poser des questions sur la robustesse de notre économie! J’ai nommé France Culture parce que c’est quand même les moins cons de tous, mais évidemment toutes les télés y vont de leurs reproches à l’égard des irresponsables qui veulent changer la vie. Une mention spéciale doit être donnée à LCI qui, depuis que David Pujadas, présentateur en soirée d’un moment médiatique plutôt honnête, est en vacances, se déchaîne sans la moindre objectivité pour fustiger les gilets jaunes.

Le pouvoir semble vouloir reprendre du poil de la bête en profitant de la trêve des confiseurs pour lâcher les chevaux de la propagande. Pendant que Macron se tait, nos médias ont pris le relais en espérant voir rentrer dans le rang la population en lui faisant peur. Il était inévitable que le mouvement faiblisse pendant les fêtes de fin d’année. Les caciques profitent de la distraction de l’ennemi pour lui mettre un petit coup sur la tête. Mais comme d’habitude, nos dirigeants naviguent à vue. Leur vision n’étant ni commune, ni fédératrice, ni attractive, la guerre civile ne fait que commencer.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?