Les eurosceptiques vaincront malgré tout

Par mardi 29 mai 2018 Permalink 4

Après les scandales démocratique et institutionnel vécus en Italie, il s’agit maintenant de rejeter la faute non pas sur le coupable évident, le président de la république italienne, mais sur les deux partis qui en sont victimes! Les médias de l’UE  déclarent sans la moindre gêne que, d’une part, le choix du ministre des finances était une provocation inadmissible et que d’autre part le machiavélique Salvini, président de La Ligue avait manigancé son coup très en amont en voulant comploter contre son allié le M5S.

Tout cela ne tient pas debout mais en cherchant à semer la zizanie dans les rangs eurosceptiques les tenants de Bruxelles espèrent tirer les marrons du feu aux prochaines législatives. Aucune chance! Ils n’éviteront la Ligue et M5S au pouvoir que par un coup d’état pire que celui qui vient d’être fomenté. Et ils le tenteront, n’en doutons pas! Les ploutocrates qui ont fait elire Macron sont prêts à tout pour ne pas risquer de voir leurs milliards s’évanouir dans la nature. Parce qu’en fait , il n’est question ici que de gros sous, de très gros sous appartenant à ceux pour qui une guerre civile ne serait rien à coté de l’argent qui pourrait être perdu avec l’explosion de l’€.

Mais dans cette terrible histoire où la volonté populaire compte pour du beurre, l’attitude de l’Allemagne, essentielle, elle, en revanche, n’est absolument pas jaugé comme il faut. Depuis la crise grecque, les allemands ne rêvent que d’un € à plusieurs vitesses en comprenant bien que cette monnaie bancale n’engendrera que la guerre. Les manœuvres actuelles viennent de Bruxelles et Paris. Berlin sait qu’il n’a que des coups à prendre. Soit il accepte un transfert de fonds phénoménal de ses excédents vers les pays du club méd, soit il continue à mettre ceux-ci à genou. L’arrivée de dirigeants italiens eurosceptiques deviendrait l’occasion de rebattre les cartes que Hollande s’était obstiné à vouloir laisser comme telles lors du week-end psychodrame où on avait redimensionné la dette grecque au lieu de faire sortir le pays de l’€ comme voulait Schauble.

Macron est sur la même ligne que son prédécesseur tant il a peur de voir la France quitter aussi son arrimage avec l’Allemagne. Le CAC40 ne l’a pas fait élire pour ça! Mais cette fois, si le prochain scrutin législatif en Italie continue, comme il est quasiment certain, de donner la majorité aux eurosceptiques, l’Allemagne donnera à coup sur son accord aux dirigeants italiens pour réinventer la zone €. Les magouilles actuelles déshonorent ceux qui en sont les acteurs tout en ne faisant que reculer l’inéluctable. La zone € va bientôt exploser.

Frédéric Le Quer