Les élèves jettent des cailloux sur le prof

Par vendredi 29 janvier 2021 Permalink 1

A Lyon, mardi dernier, un professeur lance une évaluation pour une classe de terminale S TMG (ça doit correspondre à peu près au niveau BEPC de dans le temps), ses élèves refusent, l’insultent en langue étrangère (sic), ce n’était apparemment pas en anglais (!), et cerise sur le gâteau, lui jettent des cailloux. Cette charmante nouvelle trouvée dans FDS reprise de ActuLyon n’est qu’une des nombreuses péripéties arrivées dans le lycée La Martinière Duchère du 9e arrondissement au point que le proviseur implore maintenant la police d’y faire régner l’ordre, la journée sur la liberté d’expression qui venait d’avoir lieu dans l’établissement en présence du recteur n’ayant servi à rien.

Si ce fait divers est regardé avec optimisme, il est intéressant de voir que ces élèves ont peur d’avoir une mauvaise note. Les ignares satisfaits de leur ignorance pourraient se moquer comme d’une guigne de leurs résultats scolaires et de n’importe quelle interro… Curieusement ces lycéens restent attentifs à leur bulletin et revendiquent que ce n’est pas parce qu’ils ne savent rien, qu’ils doivent en pâtir. Cet état d’esprit finira incontestablement par être loué. Les exigences de l’éducation nationale étant au fond du gouffre, elle se contentera bientôt, si ce n’est déjà fait, simplement d’un état d’esprit pour juger un élève et non plus de ses connaissances.

Il est néanmoins dommage que le professeur ait été insulté en “langue étrangère”. Cela dénote un refus d’intégration qui ne peut pas aider ces jeunes gens au niveau scolaire. Si les noms d’oiseaux avaient fusé en français, cela eut pu être considéré comme une sorte de réussite républicaine, quasiment une victoire de l’assimilation sur des forces culturelles réactionnaires. Mais avec une langue étrangère, pour des élèves qui ont probablement autour de 18 ans, la francisation en prend un coup!

Et puis il y a les cailloux… Bon… Certes, c’est moins dangereux de près que le tir de mortier. Quoique… Un caillou dans l’œil… Mais là aussi ne peut-on pas incriminer l’Education Nationale qui laisse ses professeurs venir au front sans équipement de protection? Bien sûr, il ne s’agit pas de riposter sur nos chers têtes blondes, enfin blondes, on se comprend… Mais incontestablement, il serait bon que les enseignants portent enfin un casque et un gilet par balles. C’est un minimum. Et personnellement, je leur conseille plutôt une initiation au close combat qu’une quelconque remise à niveau dans leur matière de prédilection. Si l’élève se moque de ce qu’on lui raconte, une incartade bien réprimée de la part de son maître poussera au respect.

Cet intéressant fait divers qui aurait pu se passer à Paris, à Marseille ou ailleurs, montre qu’il faut absolument revoir le système pédagogique. Je suis sûr que sous l’égide de Macron, Blanquer s’y attellera sous peu et que bientôt au lieu de stigmatiser nos ados en proie aux difficultés de toute sortes, qu’il faut absolument considérer d’un regard attendri et compréhensif, notre système éducatif saura s’imprégner des idées de la nouvelle jeunesse française frondeuse certes mais tellement inventive.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?