Les consternantes mesures d’Edouard Philippe

Par mercredi 29 avril 2020 Permalink 1

Le premier ministre Philippe a parlé de tout concernant la crise sanitaire à l’assemblée nationale sauf de l’essentiel, les soins, le traitement, les médicaments. Circulez, non, ne bougez plus plutôt, il n’y a rien à voir!

Pourtant cette question devrait être traitée de préférence à la litanie de mesures égrenées avec un certain sadisme tendant toutes à restreindre indéfiniment les libertés individuelles. Elles s’additionnent sans fin, elles ignorent jusqu’au simple bon sens des citoyens, elles doublonnent entre elles, l’important étant d’opprimer tout un pays

L’expérience récente comme celle, par exemple, qui a montré que les déplacements à travers la France faits avec le sens civique du respect de soi et des autres, n’entraînaient pas la diffusion du coronavirus, est totalement ignorée pour donner la préférence encore et toujours aux interdits, aux ordres impératifs et arbitraires, aux sanctions.

Donner le moindre pouvoir à un chefaillon, il le transforme en barbarie et se délecte de décisions aléatoires sans fondement juste bonnes à persécuter. Notre gouvernement se montre un maître à ce jeu. Philippe avec son petit air doucereux frappe avec acharnement sous la ceinture de français qui n’en peuvent mais.

Attention néanmoins, à force de violation de la vie privée des personnes par des lois autoritaires, le droit ne mérite plus d’être respecté, la révolte devient un devoir. Coronavirus ou pas, il est grand temps de recommencer à vivre librement, l’état relâchant la pression sur des citoyens maintenant bien avertis et capables de savoir quand ils se mettent en danger. Le premier ministre doit résolument parier sur l’intelligence de ceux qu’il dirige.

Mais Edouard Philippe n’estime pas non plus assez intelligents les médecins français et viole purement et simplement le droit à la liberté de prescription. Certains sont surement satisfaits de devenir ainsi, grâce à l’état, des irresponsables protégés par la bureaucratie. D’autres, ceux qui ont cet espèce de génie du corps humain, cette compréhension instinctive du malade doivent supporter avec de plus en plus d’amertume les oukases lancées par un état bien terne.

Parti avec un coup de retard sur le covid-19, le gouvernement ne cesse depuis de faire payer aux français sa propre incompétence. S’il veut récupérer un coup d’avance, il doit avoir le courage de prendre le risque de libérer l’initiative individuel. Il a été élu soi-disant pour cela. Qu’il prouve qu’il en est capable et foute enfin la paix aux français.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?