Les armes: le nouveau clivage

Par mardi 27 mars 2018 Permalink 6

La guimauve a dégouliné pendant plusieurs jours dans les médias du monde entier avec les “djeuns” rassemblés à Washington pour fustiger Donald Trump et accessoirement les armes à feu en vente libre sur le territoire américain. Qu’il était beau et émouvant de voir cette jeunesse coiffée comme un joueur de foot du Paris-Saint-Germain et fagotée comme l’as de pique venir défiler en pleurant sur les victimes de tireurs surarmés de leur âge qui perpétuent des tueries dans les lycées! Tout y était! Les larmes bien sûr, les trémolos dans la voix, les longs moments de silence lourd de sens à n’en pas douter… Le citoyen du monde avait tout devant lui pour se scandaliser, pour réprouver l’attitude du président américain qui laissait faire ces crimes. L’odieux Trump était ipso facto mis au piloris du monde. Ses enfants réclamaient la paix et il leur offrait des 6.35! Et comme si ce n’était pas suffisant, la p’tite, tite fillote de Martin Luter King monta à la tribune. C’était une enfant, mais inspirée par son aïeul, elle s’écria: “I have a dream!” Putain, c’était beau!

Pendant ce temps, de l’autre coté de l’Atlantique, en France, des voix s’élevaient à nouveau pour armer les policiers en retraites dans le cas où en faisant leurs courses ils croiseraient un  malfaisant barbu criant Allah Ouakbar. Gilbert Collard avait mis cette idée à l’ordre du jour de l’assemblée nationale, il y a quelques temps, et sa proposition fut rejetée comme de juste. Partout en France, chacun peut se faire flinguer ou se faire égorger en sortant de chez soi ou même comme cette malheureuse personne âgée qui n’avait que le tort d’être juive, brûlée vive en restant chez soi. Les déclarations sirupeuses n’ont alors plus leur place sous peine de devenir abjectes. Il va bien falloir se défendre puisque l’état a renoncé à le faire pour nous, le gouvernement préférant expulser des diplomates russes que des fichés S. Des individus honorablement connus doivent dorénavant pouvoir être armés s’ils le veulent. Cela va très vite devenir une question de vie ou de mort pour tout le monde.

Frédéric Le Quer