Les anti Poutine primaires

Par Vendredi 16 mars 2018 Permalink 8

Nous connaissions l’assassinat perpétré le dimanche 28 juin 1914 par un nationaliste serbe à l’encontre de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo qui déclencha la première guerre mondiale. Nous découvrons ébahis la tentative d’assassinat à l’encontre d’un agent double russe sur le territoire britannique qui provoque une crise diplomatique! Est-ce son éventuel décès qui est intolérable aux yeux des leaders occidentaux? Est-ce la manière de le liquider avec une arme chimique qui les choque? Mystère et boule de gomme! Mais c’est apparemment et contre toute attente, grave, très grave, très très grave!

L’excitation anti Poutine bat donc son plein même si personne n’est vraiment sûr qu’il est derrière cette histoire… Mais le prétexte est trop beau! L’horrible tsar donne actuellement une fessée aux occidentaux en Syrie et ceux-ci plutôt mauvais joueurs lui cherchent des poux dans la tête. Les anglais suivis par l’inénarrable Union Européenne et tant bien que mal par l’administration Trump se formalisent du meurtre d’un barbouze alors qu’ils les accueillent à bras ouverts en comptant sur le fait qu’espions et apparatchiks déchus aient du pognon à dépenser chez sa gracieuse majesté. Ils en ont, ils le dépensent, mais il y a des dommages collatéraux… On ne peut pas tout avoir!

Tous les médias sont pourtant vent debout au point que quelqu’un de bonne foi se demande bien ce qu’ils cherchent, ce que leurs patrons cherchent. Si c’est pour influencer l’élection de dimanche en Russie, c’est un coup d’épée dans l’eau. S’il s’agit de rameuter les populations occidentales contre Poutine, celles-ci semblent bien apathiques. Néanmoins on est dans une espèce de continuité sur le chemin qui mène à la création de l’Ennemi radical, crucial, sans excuse. Poutine le méchant dont le produit intérieur brut du pays ne vaut pas mieux que celui de l’Espagne! Si, si info France Culture de ce matin! Dans ce cas pourquoi se polarise-t-on sur lui si le plus grand pays du monde par la taille est dans une telle déconfiture économique? Comment fait-il pour être si important sur la scène moyen-orientale alors que l’UE malgré ses coups de menton est si inexistante?

Poutine reste en fait la figure de proue de ce que détestent les tenants de la mondialisation, tous ceux qui veulent voir les européens disparaître envahis par le tiers monde. Son image est devenue la personnification de l’espoir chez les souverainistes, la possibilité de croire encore aux états nations pour rendre un peuple fier et heureux. La propagande actuelle anti russe pousse plutôt le citoyen à douter de la sincérité de ses dirigeants qu’à partir en guerre contre un ennemi fabriqué de toute pièce comme ces derniers le voudraient bien. Heureusement. Mais cela aura du mal à durer…

Frédéric Le Quer