L’ère des ruines

Par jeudi 18 avril 2019 Permalink 5

Nous sommes entrés dans l’ère des ruines, cette époque qui ne laisse que quelques vestiges de la civilisation en voie de disparition. Notre Dame est le symbole épique d’une culture qui s’effondre au milieu des pleurnicheries de citoyens et de croyants incapables de réagir, de faire front, de se battre pour ce qui les a fait. Le relativisme de notre société portant à mettre sur un pied d’égalité toutes les civilisations refusant d’admettre que certaines sont supérieures à d’autres, est suicidaire. Il mène à voir des chefs-d’œuvres de l’humanité être mis dans le même sac que n’importe quelle médiocre mode de vie, n’importe quelle médiocre réalisation. La chrétienté qui ne cessa d’engendrer des merveilles, n’est même pas citer par le président de la république discourant à la télévision, on ne sait pourquoi, pontifiant en cherchant à passer pour un esprit littéraire alors que ses phrases ineptes du genre “chacun a donné ce qu’il avait… Les parisiens se sont réconfortés, les français ont tremblés, les étrangers ont pleuré”, je vous jure, je n’invente rien… alors que ses phrases ineptes témoignaient de l’effondrement intellectuel dans lequel nous sommes, peu après la vue d’une cathédrale ravagée par le feu.

Décidément si nous sommes unis, nous sommes unis pour sombrer et non pour vaincre. Je suis Notre Dame comme je suis une ruine romaine, décatie, décrépite. La tragédie montre bien que ce qui a fait la France s’éteint peu à peu inexorablement. Les français de souche abattus, sans ressort constatent les dégâts pendant que des “français” de fraîche date (UNEF et tant d’autres) se rient d’une charpente disparue, se moquent du pays qui les a accueillis sottement sous l’ordre de la ploutocratie. Cette dernière peut donner aujourd’hui des millions et des millions défiscalisés!!! Elle licenciera, comme à son habitude, en parallèle des employés de plus de 50 ans devenus “senior” qui deviendront à la charge du pays jusqu’à la fin de leur vie, pour les remplacer par des salariés plus jeunes payés moitié moins cher.

L’ère des ruines est là, maintenant. L’heure est à la destruction du passé, à sa mise à mort. Notre génération restera comme la honte de l’humanité, l’assassin d’une histoire millénaire.

Frédéric Le Quer

PS: En une tableau de Caspar David Friedrich

Laisser un commentaire ?