Léon Detroy (1857-1955)

Par dimanche 30 janvier 2022 Permalink

Dans la vallée des peintres entre Berry et Limousin, la Creuse inspire les artistes de l’école de Crozant moins connue que ses contemporaines de Barbizon ou Pont Aven. Arrêtons nous un instant sur Léon Detroy trop longtemps resté dans l’ombre d’un Monet ou d’un Guillaumin qui travaillèrent aussi là-bas!

La lecture de George Sand le pousse à s’en aller à Gargilesse pour s’amouracher des lumières subtiles et changeantes de la région magnifiées par des reliefs colorés. Les paysages mais aussi les habitants de la vallée avec leur mode de vie n’auront bientôt plus de secret pour lui. Léon Detroy y aura trois maisons-ateliers à Gargilesse, Crozant et Fresselines. Après l’utilisation de la technique impressionniste qu’il abandonne en 1910, il choisira une peinture plus fauve, proche de Matisse. Des gens comme Bonnard ou Vuillard le mettent à l’égal d’un Signac lorsqu’il adopte une touche divisionniste; la preuve ci-dessous avec ce paysage aux oliviers (40 x 65 cm) huile sur toile peinte en Roussillon ou dans le Var qui présentée à Rouen le 23 juin 2019 chez Bisman ovv obtint 8932 €.

En décembre 2019 chez Beausant Lefèvre à Drouot, un pastel représentant bien la vallée de la Creuse cette fois, mais on comprend que sur une production estimée à 3000 œuvres le peintre ait travaillé dans toute la France, ce pastel  donc, 60 x 44 cm, fit près de 800 €.

La Sédelle prés de Crozant, l’huile sur toile en une,  50 x 73 cm obtint en 2019 16 896 € chez Me Ader. En juin 2017, le hameau ci-dessous fut adjugé chez Baron Ribeyre à Drouot, une huile sur toile, 54 x 65 cm, 4 748 €.

Terminons par une nature morte, huile sur toile 54 x 73 cm chez Pescheteau Badin à Drouot vendue en 2013 environ 3000 €!.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?