Le Z doit se réveiller pour la France

Par jeudi 10 mars 2022 Permalink

Les sondages ne sont plus dans la marge d’erreur entre Marine Le Pen et Eric Zemmour. A un mois du premier tour celui qui nous a fait rêver, ne semble plus audible. La possibilité pour la finale du débat de société tant espéré avec Emmanuel Macron s’éloigne.

L’exigence d’une démonstration intellectuelle solide est depuis sa candidature passée au second plan. Ses conseillers semblent avoir mal compris toute originalité de la candidature Zemmour et n’ont de cesse de ramener sa campagne au niveau de ses adversaires. Ainsi l’a-t-on entendu s’exprimer sur les logements sociaux ou sur les PV aux automobilistes ou, bien pire, faire des conjectures sur les décisions éventuelles d’une puissance étrangère, la Russie, dont il n’arrive plus à se dépatouiller. Ses tracts distribués aux passants, on en a déjà parlé ici, sont banals et dépersonnalisés.

Mais pour ceux qui l’aiment, le Z, ce n’est pas ça. Zemmour, ce sont des éditoriaux lumineux sur l’avenir de la France, ce sont des débats pugnaces avec les mondialistes, ce sont la culture française et l’histoire de France mises au service d’un développement subtil allant à l’encontre des idées reçues. Pourtant depuis quelques semaines plus rien de tout ça. Hier, dans “Face à l’info” de Christine Kelly, Dimitri Pavlenko déplorait que le vote Zemmour dans son milieu, tout du moins, milieu aisé et éduqué, et bien que ce vote ne pouvait être déclaré au grand jour. Le relationnel de ce journaliste honnête aurait honte d’avoir envie de voter Zemmour comme il aurait honte de voter Marine!

Cette situation est dommageable pour nous français qui voyons en notre candidat l’homme de la dernière chance. Zemmour doit ré-intellectualiser son discours. Sa présence ne se justifie que par son évocation clairvoyante de l’avenir de la France et par sa tentative d’éviter notre déchéance. Zemmour est le produit de la France éternelle, de ce qu’elle a de meilleur et de ce qui a fait son rayonnement. Il doit recommencer sa campagne en s’ancrant résolument sur le constat implacable du déclassement et de ses conséquences. Même l’Ukraine et l’agitation grotesque de Macron par rapport au chancelier Scholz lui en donnent l’occasion, lui permettent de reprendre la main. Il doit cesser avec son catalogue de mesures digne d’un conseiller régional.

Le Z doit redevenir lui-même. Ses électeurs se fichent pas mal de Marion Maréchal. En revanche essayer de puiser dans les idées de Michel Onfray par exemple pour élever son propos le rendrait certes un peu élitaire mais ferait du vote Zemmour, non pas un vote honteux mais une prise de position digne, voire convoitée. Un projet qui ferait dîner à la même table Marat et Brissot serait évidemment incompris du plus grand nombre mais flatterait l’électeur qui ne déteste rien moins que la démagogie ambiante.

Le Z a un mois pour redevenir ce qu’il est. Il peut le faire mais à sa manière, en sublimant la culture française comme il l’a si bien fait tous les jours sur Cnews.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?