Le terrorisme musulman

Par Jeudi 29 mars 2018 Permalink 2

Les médias se précipitent pour expliquer que le terrorisme musulman est le fruit de milieux défavorisés. A l’appui de cette thèse osée une étude de l’IFRI du chercheur Marc Hecker intitulée “137 nuances de terrorisme” vient à peine de paraître. 137 nuances et malgré cela la presse n’y voit qu’un problème de pauvreté et presque de lutte des classes! Le rapport ne sera accessible à tous que le 10 avril mais déjà on sent bien que si l’analyse médiatique n’est pas sérieuse, elle est arrangeante. En effet une explication matérialiste au problème culturel et cultuel dans lequel la France est plongée, exonère l’islam de ses responsabilités. Mieux même, ça devient l’économie française la grande responsable des tragédies qui se succèdent! Encore un glissement sémantique et ce sera ni plus ni moins nous les responsables de ce qui nous arrivent.

Nos dirigeants et leurs affidés les journalistes ne désarment pas. Il faut à tout prix rendre le tableau le plus nébuleux possible, le complexifier à l’envi pour dédouaner une religion dont une partie des adeptes nous tue. Mettre les points sur les i en disant qu’une partie du coran véhicule la haine de l’autre,( l’exemple des pays musulmans et de leur xénophobie suffit à s’en convaincre) remettrait en cause la politique d’envahissement subi par la population. Il faut trouver autre chose et la pauvreté comme s’il s’agissait d’un vice, est appelée à la rescousse. Sans un rond et plus ou moins débiles, les terroristes deviennent non plus des fous d’Allah mais des désespérés inadaptés sociaux.

Dédiabolisez, dédiabolisez, il en restera toujours quelque chose. C’est la méthode choisie pour faire passer des vessies pour des lanternes. Mais les islamistes doivent être respectés parce que si on ne respecte pas son ennemi celui-ci vaincra. Leur stratégie intelligemment élaborée est de faire de la France la tête de pont de l’islam en occident et ils sont en train d’y arriver, aidés en cela par les mondialistes. La seule réponse envisageable est celle du peuple puisque ses élites ont failli ou collaborent.

Frédéric Le Quer