Le suicide d’un policier

Par vendredi 21 janvier 2022 Permalink

“Sept policiers se sont déjà donnés la mort en 2022 dont deux policiers rien que cette semaine”. C’est ainsi que France Culture présentait ce drame ce matin en continuant: “En 2019 près d’un quart des forces de l’ordre avouait avoir eu des pensées suicidaires”.

Déjà à cette époque, Thomas Toussaint du syndicat Unsa-Police avait déclaré à la presse “C’est un massacre”! Le stress créé par un environnement où dorénavant un nouveau type d’agression est clairement destiné à blesser physiquement les policiers, voire à tuer, (cette nuit des tirs à balles réelles en Guadeloupe ont blessé un policier) est en partie responsable du taux de suicide extrêmement élevé. Non seulement ces hommes et ces femmes risquent leur vie au travail mais en plus ils supportent une quasi interdiction de riposter. L’état insidieusement marqué par une culture woke qui fait des criminels des victimes, ne les protègent plus et a substitué à la légitime défense, des psychologues et des numéros verts! Voilà bien un exemple de cette “féminisation de la société” dont parle Eric Zemmour, qui n’apporte rien à un milieu naturellement, et c’est bien logique, rempli de testostérone.

“Violences illégitimes”, “bavures policières”, “absolue nécessité”, “proportionnalité”, tous ces petits mots ont détruit petit à petit la confiance qu’un policier doit avoir en lui, en ses connaissances du terrain, en son intelligence. Il ne pense plus objectivement, il calcule les conséquences de ses actes à tout bout de chant. Et ça devient invivable même si bien sûr il ne faut pas écarter les multiples facteurs qu’il y a derrière le suicide d’un policier.

Le mal être de la police vient de la pression opérationnelle inédite qui place les forces de police face à des ennemis de l’extérieur implantés en France dont la vie est sanctuarisée alors que la leur passe par pertes et profits. Le français a forcément tort. C’est le leitmotiv de l’état depuis des décennies. Et si il était enfin présupposé que le français a raison et que ceux à qui ça ne convient pas, s’en aillent! Les citoyens qui ne se sentent plus chez eux dans leur propre pays, reprendraient enfin confiance.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?