Le prêtre orthodoxe de Lyon

Par dimanche 1 novembre 2020 Permalink 1

Le cas du prêtre orthodoxe grièvement blessé par deux tirs au fusil à canon scié est en train de devenir un cas d’école médiatique. Les journalistes voulant encore bien évoquer l’attentat, ils ne font plus que l’effleurer ce matin,  sans d’ailleurs jamais appeler le martyr “le père Nikos” afin de ne pas trop l’humaniser, n’ont qu’une injonction à la bouche, “il faut rester très prudent!”. Mais très prudent pour quoi?

Non, il ne s’agit pas d’une mise en garde envers l’honnête citoyen afin qu’il se méfie des tueurs islamistes qu’il pourrait croiser en sortant dehors. Ce ne serait pourtant pas un conseil inutile au vu de la situation. Les médias quitteraient même ainsi le rôle de propagandiste qu’ils aiment tant, pour prendre celui du défenseur des biens et des personnes qu’ils avaient endossé cet été avec les affaires de squatteurs. Non, cette fois, il s’agit d’être prudent à propos de la compréhension du drame de Lyon.

N’allons pas trop vite, répètent-ils! Et il faut aller si doucement qu’on en vient à se demander si le racisme n’affleure pas un peu dans les commentaires. Un orthodoxe, rendez vous compte! Et leur barbe à ces gens là, hein leur barbe? Bizarre quand même. D’ailleurs le pauvre prêtre avait des ennemis. Oui, oui, tout de suite on a été prévenu. On n’a pas chercher midi à quatorze heures et la prudence n’a pas été nécessaire. Quels ennemis? Hier c’était mystère et boule de gomme. Rien là-dessus. Le vague en guise d’info. En fait on apprend ce matin par le journal Le Progrès que 2 personnages avaient tenté d’enlever au pope par détestation du christianisme la croix qu’il portait la semaine dernière sur sa poitrine. Le brave homme n’a pas porté plainte mais le fait divers s’est su dans la communauté. Voilà donc les fameux ennemis dont BFM, LCI et France Info se délectaient hier! Hum! Hum!

Mais quid du criminel? Black-out sur le tireur présumé. Son physique méditerranéen, ce qui veut probablement dire arabe ou turc, a à peine été abordé. Mais le politiquement correct allait ce matin encore plus loin; le kebab où il a été appréhendé par la police, est curieusement devenu un “fast food” sur les chaînes de télé. Je ne blague pas. Un kebab, un fast food! Je ne sais pas où ils ont vu jouer ça…

Il faut donc dédouaner les terroristes et embrouiller les français sur les raisons de leur insécurité. Pire il est dénié au prêtre le droit d’être une victime de l’intolérance religieuse des musulmans ou une victime sur notre sol du conflit entre grecs et turcs.

Le père Nikos lutte encore ce dimanche matin, au moment où j’écris ces lignes, pour survivre malgré un foi perforé de balles.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?