Le mouvement Reconquête sur le marché

Par lundi 7 février 2022 Permalink

J’ai distribué hier des prospectus en faveur d’Eric Zemmour sur un marché dans un arrondissement de la capitale dirigé par un maire Les Républicains. Le rendez-vous des militants était à 10 h du matin tout à proximité. Je ne connaissais personne et retrouvais sur place une dizaine d’hommes souvent âgés mais il y avait aussi des jeunes dont un arborait fièrement un tee shirt génération Z. Pas de femme en revanche. Il pleuvait, c’était peut-être la raison; Une dénommée Estelle m’avait pourtant convié à l’exercice. Les gens présents étaient sympathiques. L’un d’entre eux m’a même offert une part de gâteau aux pommes. Après la photo de l’équipe où chacun tenait le portrait d’Eric Zemmour dans ses mains, un organisateur nous disposa par groupe de trois à divers endroits stratégiques du marché. Les partisans de “Reconquête” étaient les premiers. Aucun autre parti politique à cette heure. Ils arrivèrent plus tard. D’abord LR avant 11 heures puis LREM après 11 heures et enfin le PS un peu avant midi. Aucun autre parti ne fut représenté. La discussion fut aisée et aimable avec le gars de chez LR, juste à coté de moi pour proposer ses prospectus, un jeune qui quand je partis me dit “à la prochaine fois!” tout en m’incitant en riant à venir tracter pour Valérie Pécresse. Chez LREM, personne ne m’adressa la parole. Du coté PS non plus. Aucune personne de ces deux camps n’invitaient d’ailleurs à la discussion.

Soyons clairs! Les opinions tranchées d’Eric Zemmour firent que notre petite bande fut à la fois la plus détestée et la plus aimée par les gens qui faisaient leurs courses. Du prétentieux “ce ne sont pas mes valeurs!”, à l’engagé “surtout pas lui!”, jusqu’à l’agressif “c’est vous qui devriez être remplacé par les immigrés”, mon tractage ne laissa pas indifférent!  Mais ceux qui appréciaient Zemmour regardait mon papier et s’exclamaient “ah! lui je veux bien!” ou me faisait un signe le pouce levé ou me remerciait pour mon “courage”, certains même prenant plusieurs tracts pour les distribuer à leur entourage comme une jeune fille scout de type asiatique ou ce couple qui passa en voiture deux fois devant moi pour que je lui en donne plus. Et puis certains avaient le temps de discuter pour parler du covid, de l’immigration, ou du discours de la veille à Lille qui avaient marqué les esprits. Les représentants des autres candidats ne créaient à l’évidence pas ce même intérêt, voire aussi, il faut le reconnaître cette même acrimonie. Par automatisme les gens prenaient leur papelard et continuaient leur chemin. L’acceptation du tract pour Zemmour que je donnais avec le portrait du candidat à la présidence de la république bien en évidence, était plus signifiante. Et ça ne m’empêcha pas d’en distribuer beaucoup! Il avait dans ce coin de Paris de la classe moyenne visiblement de nombreux supporteurs.

Après deux heures de cet exercice qui me plut, que je referai avec plaisir, je rentrai chez moi frigorifié. La prochaine fois je me mettrai à la sortie d’une église, pour voir comment ça se passe… “Paris vaut bien une messe!”

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?