Le meuble à secrets

Par samedi 25 janvier 2020 Permalink 1

Si le meuble à secrets aussi appelé meuble à complications, meuble à surprises, meuble à transformations, existe depuis l’antiquité, il a été redécouvert au XVIIe siècle et a connu son heure de gloire de la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’au premier empire. Son utilité est de dissimuler dans la sphère privée lettres et papiers personnels. Les secrets de ce mobilier sont comme les mots de passe d’aujourd’hui, seulement connus de leur utilisateur. Leur intérêt pendant la période trouble de la révolution décuple. L’évocation d’un meuble à secrets fait inévitablement penser à un mécanisme qui par son fonctionnement avec une clé ou la pression d’un discret bouton libère une cache mais le secret apparaît aussi dans un double fond derrière un tiroir ou sur le coté d’un meuble contenant plusieurs casiers invisibles de prime abord. Le secrétaire est le meuble le plus adapté pour dissimuler aux yeux indiscrets papiers, billets galants ou argent. Parmi les grands ébénistes attirés par la complication de tels meubles, citons en premier Oeben et son successeur Riesener bien sur, voir leur célèbre secrétaire à cylindre présenté à Louis XV, mais on peut aussi nommer par exemple Roentgen à Coblence, (oui un grand ébéniste qui ne travaillait pas à Paris ça pouvait exister…), Weisweiler, la dynastie Migeon, Beneman, Molitor, Biennais, etc…

Si le prix du mobilier ancien n’est plus ce qu’il était quoique un meuble de belle qualité continue à bien se vendre, les meubles à secret sont en général, si ils sont estimés à leur prix, l’exception qui confirme la règle. Commençons par cette table d’accouchée, ci-dessous, un petit meuble en 2 parties de style Louis XV, 80 x 64 x 39 cm qui le 2 décembre 2015 chez Thierry de Maigret à Drouot fit 51 000 €.

En une, le meuble marqueté du XVIIIe siècle dégageant une liseuse découvrant un bureau capucin 72 x 100,5 x 50 cm fut adjugé chez Audap Mirabeau ovv le 4 novembre 2015 pour la modique somme de 2 000 €. Pour finir, plus tardif, d’époque Napoléon III mais attribué à Beurdeley, le secrétaire de dame ci-dessous appelé aussi billet doux, 117 x 53 x 48 cm, vendu par Thierry de Maigret ovv faisait 20 000 € le 2 décembre 2015.

Frédéric Le Quer

PS: les prix de ventes sont ceux communiqués par l’hebdomadaire “La Gazette Drouot”.

Laisser un commentaire ?