Le masque

Par vendredi 31 juillet 2020 Permalink 1

Un consensus scientifique basé sur strictement rien de scientifique puisque aucune étude scientifique ne le corrobore, incite les citoyens de plusieurs pays à porter un masque pour se protéger du coronavirus. Les médias presque unanimement, mis à part une émission de Cnews à 18h animée par Marc Menant qui cherche à faire dire sans succès à ses invités que le masque est une hérésie, poussent à ce déguisement après avoir expliqué deux mois plus tôt qu’il ne servait à rien. Souvent propagande varie, bien fol qui s’y fie!

Si rien de concret ne va pour le moment dans le sens d’une deuxième vague de covid-19, le risque d’une situation épidémique dangereuse et pénible venant d’un instant à l’autre est mis en exergue. Un léger masque porté un peu n’importe comment en est le dérisoire bouclier devenant le rempart tout aussi modeste que grotesque à la peur de la mort. Nous entrons imperceptiblement dans le théâtre surréaliste d’un Eugène Ionesco par exemple! La société joue avec l’absurde pendant qu’on apprend ce matin, et ça c’est du réel, que la richesse de la France a perdu 13,8% au deuxième trimestre. Peu importe. Une sorte d’anti-politique qui promeut plus volontiers la pataphysique que l’action efficace, se pare des plumes du paon et dans la circonstance du masque. Les dirigeants paraplégiques de la volonté décisionnaire se mobilisent sur des questions anodines pour occulter l’essentiel sur lequel ils ne pèsent plus et où la démocratie s’est absentée.

Les débats anti masque et pro masque font rage dans le monde occidental. En France ils sont arbitrés par Olivier Véran qui n’a pas peur de changer d’avis en fonction du vent. Mais les décisions coercitives sont laissées dorénavant à l’appréciation des préfets, histoire qu’au cas où la doctrine viendrait encore à changer, le premier ministre et le président de la république puissent changer avec elle!

Frédéric Le Quer

 

 

Laisser un commentaire ?