Le gouvernement de Jean Castex

Par mercredi 8 juillet 2020 Permalink 1

Le pauvre Jean Castex n’a pas de chance. La seule évocation de son nom provoque un bâillement. Le personnage distille un parfum d’ennui comme l’abeille distille le miel. On le voit, on ne s’attend à rien. C’est l’homme de la continuité peureuse, l’homme qui a dû être un peu secoué par Macron pour accélérer un déconfinement qui n’en finissait plus. Les journalistes ne s’y sont pas trompés et se rabattent, à part ceux comme Bourdin chargés de la propagande, avec acharnement sur le seul qui soit un peu intéressant au gouvernement, Dupont Moretti. Il n’y en a que pour lui. Un peu pour Darmanin aussi à cause de ses éventuelles violences sexuelles. Le cul, ça marche toujours. Mais les autres ministres… Si allez, citons en une dernière: Roselyne Bachelot. Avec la pénurie de tout que la France vient de connaitre, sa dilapidation de l’argent publique quand elle était ministre, passe maintenant pour une vertu!

D’ailleurs les noms des ministères attribués aux ministres illustrent à eux seul l’impression d’inutilité qui ressort de ce remaniement ministériel. Il y a par exemple un ministère de la transformation. La transformation est un si vaste programme qu’il a été préféré le laisser à une illustre inconnue pour que rien ne s’y passe! Amélie de Montchalin de la Grille du Parc va s’y produire piano piano pour deux ans. Je vous parle d’elle pour votre gouverne, mais gageons que plus personne n’en entendra parler. Un autre exemple: alors qu’on est l’une des toutes premières puissances maritimes au monde, le ministère de la Mer au lieu d’être donné à une personnalité d’envergure qui eut pu valoriser enfin cette richesse, a servi à établir la parité homme femme si importante aux yeux de ces gens pour qui la forme est devenue leur seule raison d’être depuis que le fond les dépasse complètement. Enfin terminons pour ne pas être trop long par un homme, avec Bruno Le Maire. Ministre de la Relance. Il relance depuis le début du quinquennat, il continue de relancer. ça va de pire en pire. Mais lui s’en fout. Il a la confiance du chef de l’état et fait son petit bonhomme de chemin dans l’indifférence générale puisque tout se passe ailleurs, à la BCE. Sacré marionnette!

Voilà, le remaniement nous a débarrassés de Castaner, le ministre de l’intérieur qui n’aimait pas les français et adorait gazer les gilets jaunes, de Belloubet, l’islamophile béate qui a libéré tous les voyous des prisons, de Pénicaud enrichie à millions sur le dos des licenciés de chez Danone. ça faisait un beau tiercé qu’on ne regrettera pas! Mais ce n’est pas mieux maintenant.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?