Le gag du remaniement ministériel

Par mercredi 10 octobre 2018 Permalink 3

Déclarations incongrues du président de la république après déclarations incongrues amènent inéluctablement la plus grande confusion au sommet de l’état. A la suite de la démission de Gérard Collomb, le remaniement ministériel attendu est difficile à accoucher. “Le canard enchaîné” explique que le dilemme vient du choix proposé à Macron et Philippe: Soit on prend des incompétents, soit on prend des félons!

Dès que Emmanuel Macron ouvre la bouche, il est à parier que son entourage tremble en se demandant quelle sottise va venir de lui. Son soi-disant franc-parler est devenu une succession de réflexions à l’emporte pièce dignes du café du commerce. Le grand dégingandé premier ministre en arrive à passer pour un cador! Ne pas trouver de successeur possible, potable, à Gérard Collomb apparaît comme un gag. Son bilan aussi bien sécuritaire qu’au niveau de la politique migratoire menée est mauvais. Son seul courage a été d’avouer en quittant sa fonction que “la loi du plus fort a pris la place de la république”. Pourquoi n’a-t-il pas tenté de stopper cette dégradation que tout le monde connait? L’idéologie du président ne le permet surement pas.

En tout cas, il s’agissait pour le premier ministre et le président de faire face à cette crise politique, relativement bénigne au début, mais ils s’en montrent incapables. Sans réfléchir, ils ont laissé entendre qu’ils allaient tout chambouler avec un remaniement ministériel important puis, maintenant, ils en sont juste à chercher une doublure pour Collomb. Le malaise grandit. Emmanuel Macron a touché son seuil d’incompétence. Son entourage s’en rend compte et rejette l’idée de se griller les ailes avec lui. Bon, quelqu’un finira par s’y coller…

Les médias commencent à expliquer que rien, institutionnellement, ne peut arriver à Macron pendant les trois ans et demi qu’il lui reste à l’Elysée. Ils ont raison mais cela sonne comme un avertissement apeuré aux français. On les comprend, ces journalistes conservateurs à l’extrême, pour qui l’idéal est que tout reste toujours pareil. Mais les français se sont fait complètement avoir en 2017 et s’en sont aperçu si vite que le temps risque d’être long, très long jusqu’à 2022.

Frédéric Le Quer