Le discours de rentrée de Jean-Luc Mélenchon

Par dimanche 23 août 2020 Permalink 1

Jean-Luc Mélenchon s’était donné des airs castristes lors de sa rentrée politique de ce matin. Son discours, certes un peu court pour le leader cubain, était, pour nous, long, très long, trop long. L’auditeur s’apercevait à l’entendre que ce qu’il aimait de l’orateur était ces moments furtifs, légers comme dans une conversation où l’esprit est tout, où Mélenchon réhabilite vite fait au travers d’une phrase le bilan soviétique, où il assassine d’un tir précis la politique économique d’Emmanuel Macron, où il renvoie l’Union Européenne dans les profondeurs de son impéritie, où il pleure la disparition du communisme italien. Il séduit en abattant les totems du politiquement correct et son auditoire salive! Il ose ce qui n’est plus osé et fait mouche. Il devient alors une respiration intellectuelle. Et aujourd’hui il est le seul sur la scène politique à la proposer aussi élégamment.

Mais ça ne suffit pas. Il vieillit quand il nous fait craindre la fin du monde. Il nous stupéfait quand il propose d’expulser tous les gens qui habitent au bord du littoral sous prétexte d’une éventuelle montée des eaux. Il perd son auditeur en proposant un retour à la planification dans un contexte où le crise sanitaire qui frappe, était totalement imprévisible il y a seulement 9 mois. Sa dénonciation du système actuel convainc à condition de ne pas tomber dans un catastrophisme écologique autoritaire et de ne pas rameuter des vieux remèdes staliniens à l’heure où les gilets jaunes réclament le référendum d’initiative citoyenne.

Enfin, pour faire court, son insouciance des problèmes sociétaux fait craindre le pire s’il venait un jour au pouvoir. Se permettre de reprocher les exigences sécuritaires d’un gouvernement qui se distingue par son laxisme est tout le moins gonflé. Et le politicien de masquer l’intellectuel pour caresser son électorat immigré en fustigeant le néocolonialisme et se plaignant de quelques dégradations de moquées sans intérêt architectural tout en se taisant honteusement sur la destruction du patrimoine historique français.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?