Le débat

Par jeudi 21 avril 2022 Permalink

Surtout, que ceux qui n’ont pas regardé le débat, ne se laissent pas influencer par les commentaires ce matin des journalistes dont les neuf dixièmes sont contre Marine Le Pen! Elle n’a pas manqué le rendez-vous, s’est souvent heurtée à la mauvaise foi d’Emmanuel Macron, a eu d’excellents arguments non seulement concernant la sécurité et l’immigration, ses points forts, mais aussi le pouvoir d’achat, la retraite ou la politique étrangère.

Face à un Emmanuel Macron nerveux et l’interrompant sans cesse, la candidate fut calme, trop… surement pas assez agressive. Avec son arrogance naturelle, le président narrait naturellement un quinquennat idyllique sans sourciller le moins du monde, semblant conter des évidences avec lesquelles tout le monde était d’accord. La concurrente n’a pas toujours réagi à cette outrecuidance voulant absolument apparaître apaisée.

Certes quand il chercha à lui donner des leçons de rigueur budgétaire, le Mozart de la finance aux petits pieds avec ses centaines de milliards de déficit fut renvoyé à ses chers études! Mais l’impression que Marine Le Pen eut pu tuer le match à différents moments du débat donne un petit goût d’inachevé.

Au moment de la discussion sur l’école que ne lui a-t-elle rappelé qu’il parlait de déconstruire l’histoire de France! Il a même déconstruit l’enseignement des mathématiques faisant des jeunes français les plus mauvais du monde! Pourquoi n’a-t-elle pas insisté aussi sur le long échec de la politique étrangère d’Emmanuel Macron pendant 5 ans avec les anglo-saxons, avec le Mali, avec les russes…? Et avec la crise sanitaire grâce à laquelle le président se tressait des lauriers, ne fallait-il pas rappeler le drame horrible de ces familles qui avaient l’interdiction d’aller soulager un parent mourant dans l’hospice où il était interné et restant pleurant
sous les fenêtres de l’aïeul. Personne ne doit oublier cette horreur qu’aucune civilisation n’avait jusque là toléré.

Il y a bien des moments hier soir où Marine Le Pen a manqué le coche, a manqué d’esprit d’à-propos. Mais l’un dans l’autre les attaques d’Emmanuel Macron sonnèrent creux, en particulier sur le prêt du RN.

Le débat ne changera pas la face du monde ni les résultats de dimanche prochain. Mais il a permis de crédibiliser Marine Le Pen pour les législatives. Eric Zemmour s’en est bien rendu compte et envoyait cette nuit aux militants de Reconquête un texte où il appelle à l’union des droites ET, en dépassant enfin le clivage droite gauche, à l’union de tous les patriotes. “J’appelle donc solennellement à l’union de toutes nos forces contre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon”, écrivit-il.

Le débat ne fut donc pas inutile. Chacun put comprendre qu’il n’y avait rien à espérer pour la France si Emmanuel Macron président gardait les mains libres comme lors les années précédentes. Aux français si ils l’élisent encore, de ne pas lui laisser de majorité à la chambre!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?