Le bilan d’Emmanuel Macron

Par mardi 31 décembre 2019 Permalink 1

Le bilan réformiste d’Emmanuel Macron est assez consternant.

Le soufflé de la retraite à point se dégonfle lentement et une forte mobilisation populaire en janvier y mettra fin complètement. Les vieux étaient son challenge de l’avenir. Ils deviennent son chant du cygne.

Il reste deux réformes à son passif. La suppression de l’ISF d’abord. Emmanuel Macron s’est précipité avant qu’il ne soit trop tard dès qu’il a été élu à offrir ce cadeau aux riches. Et ils en ont bien profité. Jamais les dividendes n’ont été aussi élevé, jamais les actions et les obligations n’ont valu aussi cher. Jamais les patrimoines n’ont exponentiellement grossi de la sorte. Comme jamais les riches se goinfrent. Et ils gardent tout pour eux. Aucune espèce de ruissellement. Rien. Nada. Ils ont du pognon jusqu’à la treizième génération, voire plus. Leur patronyme n’a pas fini d’être entendu dans tous les jobs en or par des français laissés pour compte.

Justement, les français! Ils ont subi, eux, la réforme du chômage. Magnifique la réforme du chômage! La flexibilité et des allocs en berne! La loi est passée comme une lettre à la poste en début de quinquennat aussi. Personne n’a jamais vu de pauvres gens sans boulot se mobiliser dans la rue contre ce qui va les anéantir davantage. Fastoche pour Macron. Et il ne s’est pas privé de les humilier comme lorsqu’il racontait à un ouvrier paysagiste sans travail venant rêver devant les beaux jardins de l’Elysée qu’il n’avait qu’à traverser la rue pour bosser! Peut-être pensait-il à l’une des galeries d’art de la famille Gayet que son prédécesseur connait bien??? Personne n’a jamais compris la hargne méprisante du président.

Le bilan d’Emmanuel Macron, l’homme du changement soi-disant, devient au fil du temps de plus en plus ectoplasmique. Ce serait bien qu’en 2020, il en prenne acte et s’en aille. Loin. Très loin. Et surtout qu’on ne le revoit jamais.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?