L’acte VII au Vel d’Hiv

Par dimanche 30 décembre 2018 Permalink 3

Hier après midi, les gilets jaunes étaient venus demander des comptes à ceux qui avaient mis Macron au pouvoir du coté de chez BFM et France télévision. La police en a profité pour parquer les manifestants pendant deux heures sur le parvis de France Télévision. Je sais que les français ont la mémoire courte mais il y a des symboles que le pouvoir devrait éviter. En 1942 pratiquement au même endroit, le Vel d’hiv était érigé là, la police a enfermé des juifs de cette façon à ciel ouvert. L’ordre venait de Pétain demeurant à Vichy. Cette fois, la police a enfermé des gilets jaunes. L’ordre venait de Macron demeurant à St Trop’. Au lieu d’apaiser la contestation cette manœuvre a électrisé les trois ou quatre cents personnes prises au piège. Certaines paniquaient. Même les jeunes flics, CRS et gendarmes qui formaient un cordon infranchissable, regardaient les manifestants un peu surpris de ce qu’on exigeait d’eux. Quant aux médias d’état, ils observaient par leur fenêtre et filmaient. France 2, Gringoire, Je suis partout… Rien ne change jamais. Les enfants de salauds restent des salauds. Après ces pourris s’étonnent d’être simplement pris à partie dans les manifestations. Les gens sont trop gentils. Enfin bref, la tension montant fortement, les policiers reçurent l’ordre d’ouvrir une brèche dans leur dispositif pour évacuer les lieux. On s’aperçut alors qu’il y avait au moins autant de personnes à l’extérieur qui attendaient notre libération! Et la manif, près d’un milliers de gilets jaunes, envahit dans le calme les rues du 15e arrondissement de Paris pour aller retrouver ceux qui étaient au Trocadéro et aux Champs Elysées.

L’amusant slogan “Castaner, nique ta mère!” a beaucoup plu pour l’acte VII des gilets jaunes. Mais la Marseillaise et “Macron démission” sont toujours à l’honneur. L’affaire Benalla et la villégiature de Macron font jaser. Quelques photos maintenant. Observez celle juste ci-dessous et l’arme monstrueuse du CRS de gauche. Elle a été prise du parvis de France télévision. Autant dire que les manifestants désarmés ne pouvaient pas faire grand chose…
Ci-dessus c’est au moment où le cordon policier s’ouvre.

Frédéric Le Quer