Lâcheté, fourberie, perversion

Par mardi 11 mai 2021 Permalink 1

Les critiques portées sur l’état de la France décrit par les armées de la part de certains partis politiques dont celui au pouvoir tournent toutes autour du thème “de quoi je me mêle”. C’est pourquoi je soumets d’abord ici quelques extraits du rapport confidentiel de 2016 soumis à Manuel Valls de la commission  de la défense nationale et des forces armées, rapport dont ces lamentables politiciens n’ont strictement rien fait, qui concernait directement le terrorisme, mais où, en filigrane, le risque de guerre civile se laissait deviner

  • Dès la page 5 du rapport dans le sommaire, il est écrit que l’engagement  durable et massif des armées sur le sol national est justifié par la permanence et l’intensité exceptionnelles de la menace qui appelle des mesures de protection dépassant les hypothèses initiales des contrats opérationnels
  • La question du port d’arme par les civils est posée page 98 en prenant pour exemple Israël qui en donne l’autorisation à au moins 3% d’entre eux
  • le chef d’état-major des armées y déclare: « nous considérons (…) que le niveau de menace est tel en France que les forces de sécurité intérieure ont besoin du renfort substantiel et durable des forces armées »
  • Page 117 est écrit en toute lettre que  le soldat passe 15 % de son temps en projection hors métropole mais 40 à 50 % en opération intérieure

Il est évident que l’armée sait exactement de quoi elle parle lorsqu’elle intervient par la voix de ses généraux en retraite ou ses soldats d’active. Ce qui est horrible c’est que la représentation nationale le sait aussi parfaitement mais que par faiblesse et peut-être même par traîtrise pour certains prenant fait et cause pour les ennemis de la France, elle laisse l’islam tailler des croupières à la nation.

Il apparaît aujourd’hui que les militaires surement moins préoccupés que les policiers par leur avancement sont seuls en mesure de sauver la France en osant dire la vérité puis en agissant ensuite. “Lâcheté, fourberie, perversion : telle n’est pas notre vision de la hiérarchie” disent ces soldats qui n’en peuvent plus et qui implorent leur ministre et le président de la république de les entendre. En vain puisque lâcheté, fourberie, perversion sont au plus haut sommet de l’état.

C’est leur honneur d’écrire alors: “Tous nos aînés, ceux qui ont fait de notre pays ce qu’il est, qui ont dessiné son territoire, défendu sa culture, donné ou reçu des ordres dans sa langue, ont-ils combattu pour que vous laissiez la France devenir un Etat failli, qui remplace son impuissance régalienne de plus en plus patente par une tyrannie brutale contre ceux de ses serviteurs qui veulent encore l’avertir ? Agissez, Mesdames et Messieurs. (…) il s’agit de la survie de notre pays.”

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?