La triste affaire Raoult

Par vendredi 27 mars 2020 Permalink 2

L’affaire Didier Raoult est bien triste. La fracture sociologique de la société française est évidente. Tout le monde la connait. Même TF1, hier, avec toutes les préoccupations liées au politiquement correct jusqu’à faire témoigner une jeune fille noire pour inciter au confinement comme si la parole d’un blanc ne pouvait pas imprimer sur ceux qui ne le sont pas (racialisme quand tu nous tiens!), donc TF1 constatait qu’une frange de la population n’était pas concernée par les décisions sanitaires du pouvoir central. ça ne surprend que les benêts. Tous ces quartiers d’immigrés sont peut-être français mais ils ne le sont, en tout cas, pas comme moi…

Non, ce qui est vraiment désespérant est de voir avec quelles difficultés un savant français a du mal à se faire entendre. Certes, nul n’est prophète en son pays! Néanmoins, dans cette France déchirée, en pleine régression, inaudible au plan international et en voie de paupérisation au plan intérieur, n’était-il pas normal de voir le chef d’état et le gouvernement soutenir, promouvoir la fertile imagination capable de palier à l’absence de vaccin du professeur Raoult? Cet homme d’envergure n’a non seulement trouvé aucun soutien chez nous jusqu’à hier, mais sa découverte a, par une alchimie digne du pays du Père Ubu, contribué à participer au clivage souverainiste mondialiste!!! De manière absolument délirante, la chloroquine est devenue un médicament… populiste! Nos ultra-libéraux à la tête de l’état la rejettent avec une belle unanimité tel Corne d’Auroch et ils refusent l’secours de la thérapeutique, parce que c’était à Didier Raoult qu’on devait le médicament!!! Corne d’Aurochs! Au gué, au gué!

Donc nos progressistes sont vent debout pour nier le bénéfice sanitaire qu’aurait cette molécule déjà utile contre le paludisme. Le principe de précaution est, comme toujours quand il s’agit de faire un pas en arrière, mis en avant. Alors que l’urgence est absolue, il faudrait faire des tests pendant des mois pour s’assurer de l’efficience du traitement! C’est fou. C’est aberrant. Alors, quoi? Pas assez chère cette molécule? Pas assez de sous à se faire sur le dos des malades et de la sécu?

Voilà donc où en sont les Macron, Philippe, Buzyn, Véran et consorts. Et quand le ministre de la santé libéralise sous la pression l’hydroxychloroqine, le peuple a l’impression qu’on lui fait un cadeau! Mieux, l’infectiologue remercie le ministre alors que, de toute évidence, c’est l’inverse qui eut été normal. On est vraiment dirigé par des pourris. Tiens, au fait! Le masque? ça sert toujours à rien, n’est ce pas Macron?

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?