La tête des policiers

Par lundi 1 novembre 2021 Permalink 1

Quelques ministres de triste mémoire comme Rachida Dati, Christiane Taubira, Cazeneuve, Ayrault, Nicole Belloubet, Castaner, Dupont-Moretti, j’en passe et des meilleurs, ont abouti par l’extrême laxisme de leur politique supervisée par Sarkozy, Hollande et Macron à voir aujourd’hui la tête des policiers mise à prix par des gangs criminels vivant du trafic de drogue 500 000 € et le viol d’une policière 300 000 €! Bravo à tous ces gens!

Mais ce n’est pas tout. A Nantes, ce week-end, quelques dizaines d’antifas,  comme ils se nomment, criaient  “à mort la police” à l’occasion du meeting de Zemmour à Nantes, ville détruite par Jean-Marc Ayrault où sur les murs sont placardés des affiches avec une cible sur le front d’Eric Zemmour. Le même genre de chose s’est produite à Biarritz quelques jours plus tôt avec l’accord tacite de la maire LR qui a essayé d’empêcher Zemmour de s’exprimer, comme a aussi tenté de le faire le maire LR d’Aulnay sous bois lors de la fameuse émission de Morandini sur CNews. Bravo au parti LR qui perd ses nerfs et son goût pour la liberté d’expression!

PS, LAREM, LR = UMPS! On la retrouve pour le malheur de la France. Gérald Darmanin, une sorte de figure de proue de l’UMPS reconstitué à la sauce macroniste, réagit en expliquant que les policiers sont pris pour cible suite à sa politique contre les trafiquants de drogue et se félicite de celle-ci. On voit effectivement que les voyous sont morts de peur! Ils mettent à prix la tête des flics! C’est quand même quelque chose d’énorme. Ils se sentent assez forts pour frontalement les attaquer. Sans parler des attentats terroristes, ils le font régulièrement pendant les rodéos urbains; ils le font régulièrement la nuit pendant les émeutes nocturnes; ils offrent maintenant de l’argent pour tuer comme au far west. Dead or alive! Enfin surtout dead! Et Darmanin y voit la résultante de l’efficacité de son action politique!

Quel toupet! Effrayant! Non, ce n’est pas Mozart qu’on assassine pour paraphraser le titre d’un roman de Cesbron, non c’est juste la république française quand “mort aux flics” n’est plus un slogan crié bêtement mais quand, à l’appui, il y a un barème. Un jour prochain les français enfermés dans des enclaves protégées par des murs devront bien se réarmer.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?