La société du débat permanent

Par mercredi 6 février 2019 Permalink 1

La société du débat permanent ou cause toujours, tu m’intéresses! L’indignation à propos des petites phrases méprisantes sur les “jojo” de la part du président de la république ne s’est pas portée sur son idée du débat permanent. Pourtant son insolence vis à vis des citoyens qu’il est sensé diriger, y était à son comble. L’odieux de l’Elysée se permettait encore une saillie dont le dédain vis à vis du peuple français n’avait d’égal que la haine que celui-ci porte à son chef.

L’attitude d’Emmanuel Macron est de plus en plus caricaturale. Plus de limite. Son racisme sociale affleure à chacune de ses prises de parole. C’est la reine de cœur d'”Alice au pays des merveilles”. C’est l’antagoniste primaire du théâtre grec. On sent en lui une fureur aveugle le rendant capable de prononcer des sentences infâmes. Comme le personnage de Lewis Carroll, “Qu’on lui coupe la tête!” pourrait très bien être son expression favorite.

Avec le débat permanent, on le voit là proposer un hochet aux manants pour les occuper pendant que lui, sûr de sa science, agit comme il l’entend. Grand foutage de gueule! Il n’y a qu’à voir comme il aime parler aux immigrés qui ânonnent un français maladroit, incapables de le contredire. Sa mégalomanie alors entièrement satisfaite lui fait prendre des airs de grands seigneurs. On dirait un patron de houillères au XIXe siècle vaguement paternaliste mais qui envoie sans sourciller ses ouvriers crevés dans un coup de grisou. Macron rêve d’une populace ignare menée à la baguette.

Des ignares en train de jacter. Plus ils jactent moins on les écoute parce que plus ils jactent moins ils agissent. En revanche, les “Allons chercher Macron” lui font peur. Là il sonne le rappel des troupes pour charger contre le peuple. Il devient une sorte d’Adolphe Thiers du XXIe siècle. Ignoble tyran qui fait maltraiter ses opposants. Un débat permanent pour ne jamais en tirer de conséquences. Décidément Macron est imbuvable.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?