La rentrée

Par lundi 19 août 2019 Permalink 1

Les chantiers pour la rentrée restent toujours les mêmes, vu que rien n’a été fait pour s’y atteler. Les fractures françaises sont béantes avec des inégalités de pouvoir d’achat monstrueuses comme jamais, avec le communautarisme religieux, avec l’abandon des territoires, avec des services publics en souffrance, avec le chômage remplacé par des stages (!), avec l’absence d’une vraie politique écologique pour le respect du monde animal et végétal, avec une Union Européenne déliquescente dans laquelle plus personne ne se retrouve. Nos dirigeants ne semblent avoir aucune solution à tout ça colmatant les brèches au fur et à mesure qu’elles apparaissent trop visiblement avec leur fameuse boite à outil faite de bouts de ficelle. Le macronisme est un conservatisme ultime avec la peur du peuple bien inscrit dans son ADN. Les privilégiés doivent absolument le rester et l’immense masse de ceux qui ne le sont pas doit se contenter de ce qui lui est laissé, le moins possible, juste assez pour essayer d’assurer la paix sociale. Le progressisme de Macron concerne sa classe de riches. Le “régressisme” est son credo pour les français parce que pour protéger son clan, pour assurer sa perpétuation, la seule issue est la résignation du peuple à souffrir, à en baver, à oublier tout progrès social. Les organes d’influence médiatique tentent d’insinuer ce paradigme dans les esprits en intimant à tous l’ordre de retrousser les manches… pour que quelque uns continuent de se goberger.

Alors pour cette rentrée, l’esprit critique de chacun doit s’aiguiser comme jamais. Il ne s’agit plus de se laisser berner par des statistiques manipulées ou des promesses frelatées. Le peuple va devoir bouger. Le peuple va devoir se battre. Sinon il est cuit.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?