La pression des organisations supranationales

Par mardi 11 septembre 2018 Permalink 3

Les organisations supranationales forcément tenantes de la mondialisation appuient sur l’accélérateur.

Jusqu’à demain midi le parlement européen réuni à Strasbourg débat sur la question de savoir si l’article 7 de la constitution européenne doit être appliqué à la Hongrie.  Ce point entraînant une quasi-exclusion du jeu européen avec la suspension des droits de votes de la Hongrie n’a toutefois guère de chance d’être adopté. Mais voir encore une fois l’Union Européenne s’essayer à empêcher ceux qui sont en désaccord avec ses caciques, de prendre position dans le destin de l’Europe est assez consternant au niveau démocratique. La méthode est digne d’un procès stalinien avec la mise en cause, on ne peut plus vague, du pays à propos de la violation des valeurs européennes. Une eurodéputée a rédigé un rapport à charge pour accabler le dirigeant Viktor Orbán qui s’est tout à l’heure défendu de toutes les accusations portées contre son régime. En fait la seule qui compte c’est son refus des migrants chers à nos ploutocrates! Bref l’Union Européenne loin de se grandir avec ce cirque donne l’impression de perdre ses nerfs face à des adversaires de plus en plus populaires.

Dans la série, “l’Europe doit se laisser envahir à tout prix”, un bel exemple a aussi été aussi donné à l’ONU par le discours de la nouvelle présidente du haut commissariat aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, de nationalité argentine, comme son nom ne l’indique pas. L’homme blanc ex colonisateur ne fera jamais assez en faveur des pays pauvres et de leurs ressortissants pour ce genre de personne et sa repentance doit aller jusqu’à sa disparition. Les américains ont quitté le bastringue il y a quelques mois sous les lazzis et les quolibets de la communauté internationale. Ils ont pourtant eu bien raison et la clairvoyance de l’administration de Donald Trump est à saluer.

Les tenants de la mondialisation accentuent la pression. Les poches de résistances même portées par quelques états semblent bien faibles en comparaison de la volonté de toutes les organisations supranationales soutenues par des pays comme la France d’uniformiser la planète à tous les niveaux.

Frédéric Le Quer