La Pitié Salpêtrière

Par jeudi 2 mai 2019 Permalink 5

Castaner a estimé qu’on touchait “le fond de la bêtise et de la violence” à propos de l'”attaque”, toujours dixit l’inénarrable ministre, des manifestants contre l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Même si le fond de la bêtise et de la violence a plutôt été touché par les forces de l’ordre (il suffisait d’être sur place pour se rendre compte de leur répression aveugle), les journalistes de LCI, BFM, itélé et France Info s’indignent de la sauvagerie des manifestants. Ces derniers s’en prenaient déjà à la police, aux pompiers et voilà maintenant que c’est au personnel soignant. Ah, les ordures, les salopards de gilets jaunes et autre black blocs! Comme l’infirmière traumatisée par des dizaines d’affreux qui retourne malgré tout au travail ce matin est digne d’être glorifiée. Quel courage! Quel dévouement! L’analyse manichéiste est magnifique. Manichéiste parce que les bons sont au travail pendant que ceux qui ne sont rien, les fainéants s’en prennent à l’outil de travail des bons. Comment ne pas en être révolté. Et comme ils sont révoltés nos journalistes qui ont fait allégeance au patron de multinationale qui les paie! Ils en font des tonnes depuis hier, ignorants des bombes lacrymogènes et des tirs de flash ball qui ont continuellement pourri la manifestation. Honte aux flics et aux journaleux. Eux, le pouvoir, les grandes fortunes sont les versaillais d’aujourd’hui. Personne n’a jamais voulu s’en prendre à de pauvres malades. Quel scandale d’oser mettre de telles idées dans la tête des gens! Mais respirez pendant quelques instants cette putain de lacrymo et vous verrez si vous ne chercherez pas d’échappatoire n’importe où! Et la justice qui condamne à tire larigot, à toute vitesse, tout ce qui porte de près ou de loin un gilet jaune. Il est beau le pouvoir judiciaire léchant les pieds de l’exécutif! Quelle démocratie dégueulasse!

Cette affaire de la Pitié Salpêtrière est le symbole de ce qui ce passe depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Tout pour les décrédibiliser, les ostraciser, les diaboliser. Mais les versaillais n’y parviennent pas. C’est aux versaillais de déguerpir maintenant. C’est à tous ces versaillais de laisser la place. Le changement c’est maintenant, comme dirait l’autre!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?